Ghyslain Goulet

Ghyslain Goulet: créer des entreprises à succès

Amener l’ACET à un niveau supérieur : voilà l’objectif que poursuit Ghyslain Goulet depuis sa nomination, en janvier 2017, à titre de président-directeur général de l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques (ACET).

M. Goulet l’admet d’emblée : le fait d’avoir succédé au président fondateur de l’ACET, Roger Noël, lui a permis d’entreprendre ses nouvelles fonctions sur des bases solides, tant sur le plan financier que sur celui de la crédibilité à l’égard de ses activités.

De fait, depuis sa création en 2011, l’ACET s’est dotée d’une infrastructure et d’une expertise uniques au Québec dans le démarrage et le développement d’entreprises technologiques issues pour la plupart des travaux de recherches d’étudiants et de professeurs de l’Université de Sherbrooke.

Au cours des sept dernières années, l’ACET a en effet accompagné près de 80 projets d’entreprises qui ont créé à leur tour près de 300 emplois dans des domaines aussi variés que les technologies de l’information, le développement durable, la microélectronique, les biotechnologies et le manufacturier 4.0.

Ghyslain Goulet explique que la mission fondamentale de l’ACET est de travailler en partenariat avec les chercheurs et les professeurs de l’Université de Sherbrooke afin de créer des entreprises à succès.

« Mon objectif, lorsque je suis entré en fonction, était de voir où en étaient nos entreprises? Quels étaient leurs besoins et qu’est-ce qu’on pouvait faire pour bonifier notre écosystème de façon à amener nos entreprises à un autre niveau? » rappelle le PDG de l’ACET.

Maintenant que l’ACET a fait la preuve qu’il est capable de soutenir efficacement le démarrage d’entreprises, le moment est venu, dit M. Goulet, de passer au niveau supérieur.

« Ce qu’on fait maintenant depuis deux ans, c’est d’aider les entreprises qu’on a démarrées à grandir, à devenir des succès. Je dis souvent que notre objectif maintenant, c’est de créer des futurs SherWeb. C’est de réaliser le virage technologique et économique à haute valeur ajoutée que la région souhaite depuis longtemps...».

En ce sens, plusieurs ententes de partenariat stratégiques ont été conclues au cours des derniers mois. Notamment avec la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) permettant à l’ACET d’accéder à son très sélect Espace Hub. Cette reconnaissance, explique M. Goulet, donne aux entreprises de l’ACET un accès privilégié aux fonds de capitaux de risque de Montréal. 

À ce partenariat s’est ajouté, en août dernier, la création du fonds ACET Capital II, capitalisé à hauteur de 7,6 M$, dont 2 M$ provenant du gouvernement du Québec et 4,2 M$ provenant de 21 investisseurs privés.

En mai dernier, l’accord stratégique sur l’innovation et l’entrepreneuriat signé en 2016 entre l’UdeS et l’Université de Lyon a donné naissance à une entente avec un accélérateur lyonnais. Un partenariat qui, espère-t-on, permettra aux entreprises de l’ACET de percer le marché européen.

Enfin, un programme de formation exécutif en entrepreneuriat technologique offert par l’Université de Sherbrooke fait dorénavant partie du panier de services dont dispose l’ACET dans l’atteinte de ses objectifs. 

« Tous ces éléments qu’on a mis en place ces dernières années ne visent qu’une chose : s’assurer que nos meilleures entreprises puissent aussi connaître du succès à l’international. Ce faisant, ajoute M. Goulet, c’est toute la région qui profite de telles retombées.

« D’abord, on crée des entreprises technologiques à forte valeur ajoutée. Ce sont donc ces emplois de demain. Et du même coup, ça permet à l’Université de Sherbrooke de valoriser des innovations issues de ses propres recherches. » 

Autres retombées non négligeables, ajoute-t-il : la rétention de diplômés dans la région. 

« On estime qu’environ 70 % des employés de nos entreprises sont des diplômés de l’Université de Sherbrooke », avance M. Goulet. Et ce n’est qu’un début. « Si on réussit dans les 10 prochaines années à créer une ou deux entreprises qui créeront 200 ou 300 emplois, c’est toute la région qui va en bénéficier. »

Un objectif auquel adhèrent tous les membres du conseil d’administration de l’ACET, tient à préciser M. Goulet, parmi lesquels on retrouve des noms connus du monde des affaires québécois, tels que Laurent Beaudoin, Matthew Cassar et Paul Gobeil.

Repères :

–    Président-directeur général de l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques (janvier 2017)

–    A été vice-président aux affaires financières de l’ACET

–    A été directeur du Centre local de développement de la MRC de Memphrémagog