Karen Hansen

Digne d'un scénario de film

Enfant, elle n’aurait jamais rêvé d’une vie aussi belle. Consacrer une bonne partie de sa vie professionnelle à regarder des films de cinéma. Et le faire entourée des membres de sa famille.

Karen Hansen devait avoir 7 ans la première fois qu’elle s’est rendue en autobus, avec ses copines du mouvement scout, au cinéma voir La Mélodie du bonheur.

« Depuis, j’écoute ce film au moins une fois par année. En français ou en anglais, je connais les chansons et les répliques par cœur. C’est un souvenir qui est doux et qui me ramène à l’enfance. J’ai toujours aimé le cinéma après cela. Mes parents allaient nous reconduire le samedi après-midi. Adolescents, on se regroupait au cinéma le vendredi soir », se souvient l’amoureuse du cinéma qui avait des affiches de vedettes de film dans sa chambre, mais qui n’a jamais souhaité être actrice ni réalisatrice.

« Ce qui m’intéresse, c’est vraiment l’expérience cinéma. L’idée de s’oublier et de s’évader pour quelques heures. J’adore voir les spectateurs ressortir des salles de cinéma heureux ou bouleversés dépendamment du film qu’ils ont vu », résume celle qui essaie de visionner tous les films que la Maison du cinéma présente.

C’est le hasard et l’amour qui l’ont menée à travailler dans le domaine, elle qui est aujourd’hui copropriétaire de la Maison du cinéma et de l’agence de programmation cinématographique DenHur qui représente 55 cinémas indépendants et près de 200 salles de projection, de l’Abitibi à la Gaspésie en passant par le Nouveau-Brunswick.

« Denis, mon mari, est dans le cinéma depuis qu’il est tout petit, car son père a été directeur général chez Universal Pictures pendant 37 ans. Ses emplois étudiants, c’était les clubs vidéo puis il a travaillé chez Cineplex Odeon. C’est à ce moment-là, en 1987, que je l’ai rencontré », raconte celle qui insiste pour partager sa réussite avec son conjoint, Denis Hurtubise, ses fils, Alexandre et Karl, et l’ensemble de ses employés qu’elle décrit comme des mordus du cinéma avec qui elle adore échanger.

À la suite d’un besoin exprimé par les propriétaires de cinémas indépendants qui désiraient être mieux représentés, Denis Hurtubise crée en 1994 l’agence de programmation DenHur, qui combine les premières lettres de son prénom et son nom et aussi un clin d’œil à Ben-Hur. C’est lors de son deuxième congé de maternité que Karen commence à donner un coup de main à l’agence. Finalement, elle ne retournera jamais à son poste de secrétaire juridique, qu’elle a occupé pendant dix ans, et prendra de plus en plus d’importance dans l’entreprise désormais familiale. La sœur et la mère de Denis se sont aussi jointes à l’équipe.

DenHur a été responsable pendant 12 ans de la programmation de la Maison du cinéma avant d’en faire l’achat en 2011. « Jacques Foisy nous avait mentionné dans quelques conversations qu’il cherchait de la relève et l’idée a fait son chemin. On est venu le rencontrer plusieurs fois et finalement, ça été vraiment gagnant-gagnant pour tout le monde. »

Denis est le visionnaire qui a la vue d’ensemble et qui voit grand. Alexandre est le pragmatique qui règle les problèmes et rend les activités plus efficaces. Et Karen est l’empathique qui s’assure que les humains impliqués dans l’aventure se sentent bien.

La Maison du cinéma, c’est 500 000 billets de cinéma vendus par année. Un chiffre qui se maintient depuis cinq ans. C’est aussi 50 employés.

« Le défi, c’est de concurrencer Netflix, les cinémas maison, les vidéos sur demande. Alors on doit miser sur l’expérience en offrant du confort dans les salles, une qualité de son et de l’image. On doit se réinventer », note Mme Hansen soulignant que, par exemple, la projection de 17 h a été ajoutée récemment et que la formule fonctionne bien.

« Aussi, on avait promis qu’on garderait le créneau que M. Foisy avait choisi avec une combinaison de films commerciaux et des films d’auteur parfois étrangers, parfois sous-titrés et plus on en offre, plus les gens en demandent », enchaîne-t-elle.

Récipiendaire du Prix projecteur d’argent 2017 remis par les Pionniers du cinéma du Canada, Mme Hansen a été récompensée pour son implication de longue date dans l’industrie du cinéma canadien.

Mais travailler en famille, avec des gens passionnés et avoir « l’obligation » de regarder des films, c’est vraiment la plus belle récompense selon Karen Hansen.

REPÈRES

Copropriétaire de la Maison du cinéma et de l’agence DenHur;
Mariée à Denis Hurtubise et mère de deux garçons, Alexandre et Karl;
Récipiendaire du Prix projecteur d’argent 2017 remis par les Pionniers du cinéma du Canada.