Stéphanie Saint-Laurent a eu l’idée de confectionner ces tasses en écoutant le point de presse quotidien des autorités gouvernementales.
Stéphanie Saint-Laurent a eu l’idée de confectionner ces tasses en écoutant le point de presse quotidien des autorités gouvernementales.

Des tasses pour les «mousquetaires» de la COVID-19

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Pour encourager ses « trois mousquetaires » en François Legault, Horacio Arruda et Danielle McCann, Stéphanie Saint-Laurent, une artisane de l’Estrie, a fait parvenir des tasses personnalisées au trio le plus populaire du Québec.

L’idée de confectionner ces tasses est venue en écoutant le point de presse quotidien des autorités gouvernementales. « Pour nous, c’est facile d’être assis devant la télévision et de regarder tout ça. Ça doit être quelque chose de gérer tout ça. Je me suis dit que je pourrais leur offrir une création à leur image pour les soutenir et les remercier d’être là », raconte la propriétaire de Chewie et ses créations, qui a confectionné ces tasses à main levée. Chaque tasse lui prend environ deux heures, sans compter la préparation, le séchage et la cuisson. 

À LIRE AUSSI: Trois mousquetaires et leur tasse

« Quand j’ai affiché ça sur ma page Facebook, je ne m’attendais pas à autant de réactions, poursuit-elle. Des gens près du premier ministre sont entrés en contact avec moi pour me donner l’adresse où expédier les tasses. »

Les trois destinataires ont pris des photos avec leur tasse respective, clichés qui ont suscité beaucoup d’émotions à l’artiste. « Quand j’ai eu ces photos, je me suis mise à pleurer. Ça m’a vraiment fait chaud au cœur. J’ai trouvé ça le fun qu’ils puissent être pris en photos et qu’elles me soient envoyées. Ils auraient pu garder la tasse et ne rien me dire. Je n’avais pas d’attentes, j’ai donné pour donner. Ça a vraiment fait ma journée », explique celle qui fabrique ces tasses à Saint-Étienne-de-Bolton. 

Cependant, sur ses tasses, ses personnages n’ont pas deux mètres de distance (!) « Je ne pouvais pas trop les distancer, ça faisait un effet moins intéressant! Mais des gens me l’ont écrit. En blague, je pense! » répond Mme Saint-Laurent, le sourire aux lèvres. 

Un seul exemplaire de cette tasse a été mis en circulation : Mme Saint-Laurent a organisé une mise aux enchères, offrant l’argent aux Cuisines solidaires. L’article a finalement été vendu 200 $. « Ce n’est pas tout le monde qui voudrait payer 200 $ pour une tasse. Mais quand ça vient avec un don à une fondation, surtout comme une banque alimentaire, c’est un petit incitatif de plus », pense l’artisane.

« J’ai pris la décision de ne pas en reproduire d’autres pour les vendre au public, enchaîne-t-elle. Si j’en reproduis d’autres, je ferai d’autres enchères pour remettre l’argent à d’autres organismes. »

Le premier ministre François Legault, le directeur national de la santé publique Horacio Arruda et la ministre de la Santé Danielle McCann peuvent maintenant boire leur café dans une tasse confectionnée ici par Stéphanie Saint-Laurent.

Anges gardiens

Les travailleurs au front, aussi qualifiés d’anges gardiens, ont également leur tasse. « Mon papa, qui travaille au CIUSSS de l’Estrie, est entré en contact avec moi, car il voulait que je lui fasse une tasse. Il voulait que je le dessine en ange gardien sur une tasse. Il y en a tellement d’autres qui travaillent fort, alors j’en ai fait pour les infirmières, les factrices, les agricultrices, les paramédics, les éducatrices, etc. Je fais des hommes et des femmes. J’y vais avec l’instinct et l’émotion », exprime Mme Saint-Laurent, qui offre ses produits en ligne. 

« Cette passion est devenue mon métier, se réjouit-elle. D’offrir un peu de bonheur aux gens au travers des couleurs, des visages ou des animaux, ça me procure beaucoup de plaisir », résume l’artisane.