Maxence Croteau, Alexis et Émile Rioux-Chevalier, trois étudiants du Cégep de Sherbrooke, ont inventé un jeu de cartes afin de sensibiliser les jeunes aux ITSS.

Démystifier les ITSS par le jeu

Imaginez si la prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) serait plaisante et éducative à la fois. Trois jeunes cégépiens de Sherbrooke ont réussi cet exploit en créant un jeu de cartes unique.
« Attrapez-les toutes », voici le nom du jeu conçu par Maxence Croteau, Alexis et Émile Rioux-Chevalier. C'est sur un ton parodique que les garçons ont choisi le nom d'un jeu qui se veut humoristique plutôt que moralisateur.
Le but : éliminer ses adversaires en les infectant avec des ITSS.
« C'est plutôt irrévérencieux. Notre point de vue c'était vraiment de concevoir un jeu dans lequel on est l'antihéros, où le but est d'avoir le plus de bactéries possible pour attaquer les autres », explique Émile, l'un des créateurs.
C'est tout d'abord l'idée de Maxence Croteau, qui pensait simplement qu'un jeu sur les ITSS pourrait être drôle et intéressant. La lecture d'un dépliant présentant des statistiques sur les ITSS au cégep a été l'élément déclencheur du projet. Maxence a facilement convaincu Alexis et Émile de se joindre à lui afin de combler ce besoin.
« C'était une étude sur environ 1300 personnes et presque 1000 personnes ne portaient pas systématiquement le condom. On pensait qu'une population étudiante et bien éduquée devait être conscientisée. On s'attendait à ce qu'ils soient plus responsables », raconte Alexis Rioux-Chevalier.
Les trois amis se sont alors lancés dans une recherche approfondie sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang en cherchant les symptômes, les antibiotiques, les bactéries, leur virulence, etc. Le jeu a été ensuite validé par trois professeurs de microbiologie ainsi que l'infirmière de la clinique de santé sexuelle du Cégep de Sherbrooke.
Maxence Croteau a fait lui-même le graphisme et les dessins du jeu. Il souligne que les formes des bactéries représentées sur les cartes sont très proches de la réalité. Les proportions canadiennes d'infections sont également respectées dans le jeu. « Comme c'est 90 cartes, c'est grosso modo, mais on essaie de respecter la réalité le plus possible », explique-t-il.
Le rôle de la carte du condom est éminemment important dans une partie. « Quand tu la donnes à une autre personne, elle est protégée, donc elle ne peut plus infecter personne. Donc tu te rends compte de l'efficacité du condom dans le jeu, ce qui traduit bien la réalité », explique Maxence.
Une partie peut se jouer entre deux et cinq joueurs. Les étudiants ont bâti le jeu de manière à ce que les parties soient rapides et que le jeu soit simple à comprendre.
Les créateurs ont notamment reçu un coup de pouce de leur association étudiante (AECS) qui leur a offert une bourse de 1000 $. Le Cégep de Sherbrooke leur a également prêté un somme de 8000 $. « Ça ne s'est jamais vu un prêt de cette taille par le Cégep auparavant », explique Maxence.
Cet argent leur a permis de créer une troisième version améliorée et de meilleure qualité selon les inventeurs. Jusqu'à maintenant, ils ont réussi à vendre 250 jeux sans aucune publicité.
Leur objectif? Que les joueurs apprennent en s'amusant. « Nous n'avons aucune volonté de vouloir renseigner à 100 % de façon très fiable et précise, mais nous voulons plutôt créer une porte d'entrée pour que les gens s'y intéressent », précise Alexis.
Les trois amis désirent distribuer leur jeu dans les diverses universités et cégeps du Québec, chez des commerçants spécialisés en jeu de société, dans les pharmacies et éventuellement dans les écoles secondaires.
Le jeu est en vente sur la boutique en ligne de la coopérative du Cégep et de l'Université de Sherbrooke ainsi que chez les commerçants Le Griffon, L'OEil de Chat et Place Magic GLP.
L'originalité de leur initiative a retenu l'attention du comité de sélection.
Les trois jeunes étudiants en sciences, lettres et arts ont soif de savoirs et travaillent déjà sur un autre projet ensemble : un documentaire sur la culture automobile. Gardez l'oeil ouvert, vous entendrez bien vite reparler du trio.
Repères
Maxence Croteau, Alexis et Émile Rioux-Chevalier, étudiants en sciences, lettres et arts au Cégep de Sherbrooke, ont créé un jeu de cartes pour sensibiliser les jeunes aux ITSS.