Maïté Bouchard

De la piste de course à l’hôpital

Maïté Bouchard n’aime pas faire les choses à moitié. Et ça lui sourit. Cette belle habitude lui permet aujourd’hui de viser un poste de médecin et de rêver aux Jeux olympiques.

La jeune Sherbrookoise a essayé bien des sports avant de tomber en amour avec l’athlétisme. Le vélo, la natation, le ski de fond et le soccer.

« À la fin de mon secondaire, je cherchais encore mon sport qui allait me passionner, dit-elle. J’ai alors essayé le volley-ball en secondaire 4. Mais il n’y avait plus assez de joueuses pour former un club par la suite. En secondaire 5, mon père m’a donc suggéré d’essayer l’athlétisme. J’avais un profil de demi-fond. J’étais vraiment une athlète ordinaire au début! »

Alors que plusieurs ne croyaient plus la revoir après les premiers entraînements, Maïté Bouchard est revenue au Club d’athlétisme de Sherbrooke.

« C’était dur, mais j’avais aimé ça! » lance-t-elle.

Peu à peu, Maïté Bouchard prenait de l’expérience et améliorait ses temps au 800 m. Jusqu’à obtenir son billet pour les Jeux du Québec et terminer l’épreuve en 5e position.

« J’ai toujours progressé. Même encore aujourd’hui, je suis de plus en plus rapide. J’améliore constamment mes records personnels. »

À ses premières courses en 2012, elle courait le 800 m en 2:20.44. L’année suivante : 2:13.88. Et d’année en année, elle retranche deux, trois ou quatre secondes à ses meilleurs temps pour finalement courir le 800 m en 2:01.25.

« J’ai fait partie de la première équipe nationale en 2016 et j’ai pu participer au NACAC. J’ai aussi gagné le championnat canadien universitaire en 2017. C’est à ce moment que j’ai compris que j’avais vraiment du talent, mais ce n’est que l’an dernier que j’ai vraiment commencé à croire en mon rêve : participer aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. »

Il faut avouer que le fait de terminer 5e aux Jeux de la Francophonie de 2017 et de battre le record québécois au 800 m en salle lors de la compétition Last Chance Invitation à Boston a bien sûr aidé. Ce record appartenait d’ailleurs à l’Olympienne Christine Slythe depuis 1984.

« J’ai raté mon premier objectif, celui de participer aux Mondiaux universitaires il y a deux ans. Je ne veux pas rater mon second : celui de prendre part aux Jeux olympiques. »

Profession : médecin

Tout en s’entraînant, Maïté Bouchard multiplie les heures sur les bancs d’école. Après avoir réalisé ses études au Cégep de Sherbrooke en Sciences lettres et arts, elle s’est tournée vers la kinésiologie à sa première année universitaire et ensuite, vers la médecine.

« Mon père était physiothérapeute. Je le voyais travailler, ça m’intéressait et depuis le secondaire, j’ai toujours été portée vers la santé. Le mélange de sciences, biologie et corps humain m’intéresse, tout comme le volet humain de cette profession. Je ne sais pas trop vers quelle branche me diriger, mais j’ai bien aimé mon stage à l’urgence. »

Même si elle doit faire des pieds et des mains pour allier sport et études, Maïté Bouchard réussit à concilier ses deux passions.

« Je pensais à une certaine époque que ce serait trop difficile de faire les deux. Mais ce que j’aimerais lancer comme message, c’est que même si notre programme d’études est très exigeant, ce n’est pas impossible. Il faut simplement être disciplinée, se donner les moyens de réussir et bien s’entourer », affirme celle qui délaissera bientôt temporairement l’hôpital pour se concentrer sur les Championnats du monde universitaires (Naples), les Jeux panaméricains (Lima) et les Championnats du monde de l’IAAF (Doha).

Repères

Née le 24 août 1995 à Sherbrooke;
Fille de Nadia-Sophie Duplessis et Éric Bouchard et sœur de Xavier Bouchard;
A fait son école primaire à Sainte-Anne et à Hélène-Boullé;
Ancienne élève de l’école secondaire du Mont Notre-Dame et du Cégep de Sherbrooke;
Membre de l’équipe d’athlétisme de l’Université de Sherbrooke;
Étudiante en médecine.