À bientôt 85 ans, Raymond Boutet est toujours bien engagé dans l’ensemble vocal l’Escaouette et surtout, il compte bien continuer.

Carburer aux défis

Le printemps 2018 en sera un de célébrations pour Raymond Boutet qui fêtera non seulement son 85e anniversaire, mais aussi 55 années de mariage avec son épouse. Et pour en rajouter encore un peu, cette période marquera aussi les 35 années d’existence de l’ensemble vocale l’Escaouette de la MRC des Sources pour lequel il s’implique depuis pratiquement le début.

Raymond Boutet a toujours eu ce besoin de relever des défis. C’est la force qui l’a animé dans tout ce qu’il a accompli, et qui l’anime encore d’ailleurs.

Né à Victoriaville, il a vécu à Drummondville jusqu’en 1962, moment où il s’est établi à Asbestos. Il a alors ouvert une librairie et commencé son engagement dans la communauté. Il est notamment l’un des instigateurs ayant œuvré à l’ouverture du centre commercial d’Asbestos en 1973.

Le projet avait été soumis une première fois, sans succès. Puis Raymond Boutet a été nommé à la présidence du comité qui portait l’idée. « Je leur ai dit qu’il allait l’avoir leur mail. Les plans ont été conçus selon les besoins et la capacité d’Asbestos. Puis ç’a fonctionné », explique-t-il simplement.

L’homme de défi est aussi à l’origine du centre de tri d’Asbestos et du Cercle des affaires, aujourd’hui la Chambre de commerce de la MRC des Sources.

Dévouement sans faille

Mais son implication la plus marquante est sans doute celle au sein de l’ensemble vocal l’Escaouette qu’il a rejoint il y a 32 ans, avec sa femme et dont il assure la présidence depuis 22 ans.

« Faire partie d’un chœur, c’est l’inconnu au début, et moi je veux amener les gens à se dépasser. Puis quand j’ai vu la qualité de notre chant, je me suis dit qu’on ne pouvait pas garder ça pour nous. Je voulais que les gens voient ce qu’on peut faire dans les petits milieux », raconte Raymond Boutet.

C’est ce qui l’a poussé à inscrire son groupe à divers concours où il a d’ailleurs remporté plusieurs prix. Tout ce qu’il fallait pour donner confiance aux chanteurs. L’Escaouette a aussi participé à divers échanges entre chorales, dont un en France en 1990. Pour ce projet, M. Boutet avait mis sur pieds une activité de financement qui a permis d’engranger une bonne partie des 93 000 $ nécessaires pour transporter les quelque 48 chanteurs de l’autre côté de l’Atlantique.

« C’était des expériences magnifiques! Je me rappelle, on faisait un peu de tourisme entre les spectacles, puis on a vu une affiche qui annonçait notre concert. C’était vraiment spécial », confie-t-il.

Il souligne au passage que ces voyages ont fait naître de belles amitiés qui ont su perdurer par correspondance.

La dernière réalisation de Raymond Boutet? Faire de Gregory Charles l’invité d’honneur du concert que présentera l’Escaouette les 8 et 9 juin prochains à Wotton. Passé maître dans l’art de la négociation et de l’organisation d’événements, Raymond Boutet est surtout fier et heureux de demeurer actif.

Jusqu’à tout récemment, sa femme et lui parcouraient même les arénas du Québec afin de suivre les tournois de hockey de leur petit-fils.

« Quand on est retraité, on ne s’en va pas chez nous à attendre. On a plus de temps pour faire ce qu’on aime, pour peaufiner nos projets. C’est ce qui me garde éveillé », confie celui qui est aussi un cruciverbiste aguerri.

Beaucoup de travail mais surtout beaucoup de fierté découle de tous ces beaux défis relevés, particulièrement à l’Escaouette. « Le chœur compte encore 42 membres, ce qui est très notable considérant que la population est décroissante et le recrutement plus difficile », avoue M. Boutet.

« Et je n’ai jamais fait ça pour en retirer quelque chose. Ç’a toujours été par pur plaisir, pour mettre en valeur le groupe. »

Repères
Né en 1933 à Victoriaville, a vécu à Drummondville
Arrivé à Asbestos en 1962
Marié à Jeannine Béland depuis 55 ans
Père de deux enfants