Guy Vaillancourt

Bonne conduite d’un homme engagé

Passionné de moto depuis ses 18 ans, Guy Vaillancourt a travaillé en mécanique automobile pendant près d’un quart de siècle avant de devenir instructeur de moto il y a dix ans. Parallèlement, il est bénévole pour Opération Nez Rouge depuis 25 ans et son engagement est sans bornes. Cette année, l’Estrien a donné plus de 10 h par nuit à l’organisme de raccompagnement et ce pour les 31 jours où le service était offert aux fêtards. En résumé, le parcours de l’homme tourne autour de la sécurité routière.

« La bonne conduite sur les routes et le respect du code routier me tiennent à cœur », résume-t-il simplement.

Son dévouement n’est motivé ni par une tragédie personnelle ni par des abus de sa part dans le passé. Aucun membre de l’entourage de M. Vaillancourt n’a été victime de la route et, pour sa part, il n’a jamais eu recours à Opération Nez Rouge, étant un consommateur d’alcool très modéré.

« Mon engagement vient plutôt du fait que j’ai toujours voulu savoir comment les choses fonctionnaient et j’ai toujours cherché à améliorer les choses. Et avec le temps, j’ai développé une plus grande conscience des dangers et des risques de prendre la route », explique celui qui a été intronisé au Temple de la renommée Opération Nez Rouge en 2017 notamment pour les améliorations qu’il a apportées au fonctionnement de l’organisme. Des améliorations qui ont permis de réduire les distances parcourues, permettant ainsi de diminuer les délais d’attente pour les clients et d’accroître le nombre de raccompagnements.

Les économies en essence et l’augmentation des dons issus de la générosité des personnes raccompagnées permettent de générer de meilleurs profits qui sont remis en totalité aux athlètes du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke sous forme de bourses.

De bénévole sur la route à ses débuts en 1992 avec Opération Nez Rouge, il a ensuite intégré l’équipe de la centrale de coordination pour devenir rapidement responsable de l’assignation des équipes sur la route et de la coordination des demandes de transport hors territoire.

Recrutement des bénévoles, mises à jour des procédures, planification logistique. Dès septembre, M. Vaillancourt s’implique avec l’équipe d’Opération Nez Rouge qu’il considère comme une seconde famille.

La sensibilisation aux ravages de l’alcool au volant évolue au fil des ans, a observé M. Vaillancourt. « Les jeunes sont de plus en plus sensibilisés, c’est une bonne affaire. Ils ne sont pas gênés de nous appeler ou d’appeler leurs parents. Les 50 ans et plus ont moins l’habitude de se faire raccompagner », note celui qui rêve d’une société où les raccompagnements seraient remplacés par une consommation responsable et, par exemple, le réflexe de nommer un conducteur désigné pour tous les groupes d’amis qui sortiraient faire la fête.

Son engagement pour Opération Nez Rouge a changé l’homme qu’il était. En plus de lui avoir permis de rencontrer sa conjointe il y a 18 ans, cela l’a fait grandir.

« Ça m’amène à être une meilleure personne au quotidien. Le fait de côtoyer des gens issus de différentes sphères de la société me permet d’en apprendre beaucoup sur la nature humaine et de comprendre comment les gens deviennent ce qu’ils sont », relate le bénévole qui a déjà redonné rendez-vous à toute l’équipe de Nez Rouge pour contribuer encore une fois à augmenter la sécurité routière et, probablement, sauver des vies l’an prochain.

Repères

Né le 10 juin 1962, Guy Vaillancourt est originaire de Sherbrooke.

En couple avec Ginette Alarie depuis 18 ans, il est grand-père par alliance de trois petits-enfants.

Détenteur d’un DEP en mécanique automobile, il a été mécanicien près de 25 ans avant de devenir instructeur de moto.

Bénévole depuis 25 ans pour l’organisme, M. Vaillancourt a été intronisé au Temple de la renommée Opération Nez Rouge en 2017.