Francine Lessard, directrice générale du CQSEPE, Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ-CSQ et Christine Labrie, députée de Sherbrooke et porte-parole de la troisième opposition en matière de famille.

Maternelle 4 ans : la résistance s’organise dans les CPE

SHERBROOKE — La résistance s’organise en Estrie devant le déploiement des maternelles 4 ans annoncé par le gouvernement Legault. Les parents sont sollicités afin de signer une pétition demandant au gouvernement de cesser le déploiement des maternelles 4 ans.

L’action régionale est organisée par le Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance (CQSEPE) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ). Plus de 27 000 personnes ont signé la pétition dans l’ensemble de la province.

À lire aussi: Les garderies privées veulent offrir la maternelle 4 ans

« On n’a pas peur que les CPE ferment leurs portes ou qu’ils perdent leur clientèle. Depuis 20 ans, on a mis en place le réseau extraordinaire, le réseau des CPE (...) On a tout ce qu’il faut pour offrir l’accompagnement nécessaire pour assurer la transition vers l’école », note Francine Lessard, directrice générale du CQSEPE.

Mme Lessard s’est arrêtée au CPE l’Ensoleillé, dans l’arrondissement de Fleurimont, aux côtés de Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ-CSQ, dans le cadre d’une tournée provinciale.

« Notre grand objectif, c’est d’interpeller la population (...) On interpelle les députés pour qu’il y ait une avancée faite auprès de M. Legault. Si chacune des régions interpelle M. Legault, peut-être qu’il va s’asseoir et écouter (...) Il dit beaucoup que les maternelles 4 ans seront mises en place pour les enfants ayant des besoins particuliers, pour aider au dépistage. Mais le dépistage ne se fait pas à 4 ans : il se fait au jour 1 », a souligné Mme Grenon.

Le CPE L’Ensoleillé, où s’est tenu le point de presse, compte neuf enfants ayant des besoins particuliers. Deux intervenantes interviennent avec eux pour les inclure dans les groupes et appliquer des plans d’intervention.

La mobilisation a l’appui de la députée solidaire Christine Labrie, qui a déjà demandé un moratoire sur le déploiement des maternelles 4 ans au Québec.

Sur le territoire de la CSRS, aucune nouvelle maternelle 4 ans n’est prévue l’an prochain. La CSRS avait déjà fait savoir publiquement qu’elle n’aurait pas l’espace nécessaire pour accueillir ce type de classe. Sur le territoire de la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC), trois nouvelles maternelles sont prévues à compter de l’an prochain.

La CSHC a deux maternelles de ce type en ce moment; l’organisation précise qu’il y avait possibilité de trois, mais la dernière n’a pas été ouverte faute d’inscriptions.

« Ce que j’aimerais, c’est que le ministre reconnaisse le droit à l’éducation préscolaire pour tous les enfants du Québec, peu importe leur âge. On veut agir tôt. Toutes les études démontrent qu’il faut agir tôt, non seulement pour le dépistage, mais également pour favoriser la prévention. Quand, comme société, va-t-on reconnaître le droit à tous les enfants d’avoir des services éducatifs de qualité peu importe leur âge? » a demandé la députée Christine Labrie.

La FIPEQ représente plus de 10 000 responsables de services éducatifs en milieu familial et 2500 éducatrices dans les installations des CPE.