Jade Descôteaux, tatoueuse chez Operatrium Tattoo, a offert de son temps samedi pour tatouer des points-virgules au profit de JEVI.

Marqués pour le reste de leur (longue) vie

Un rappel de poursuivre son chemin, une occasion de partager son goût pour la vie ou un moyen de s’afficher comme confident ; le point-virgule qu’ont fait graver plusieurs Estriens sur leur peau samedi est riche en significations. Au terme de la levée de fonds organisée par la Maison des jeunes le Spot jeunesse, les 217 tatouages qui ont été tracés auront permis d’amasser plus de 3400 $ pour le centre de prévention du suicide JEVI.

Symbole d’une phrase à laquelle on aurait pu mettre un terme, mais qu’on a choisi de poursuivre, le point-virgule est rattaché à la prévention du suicide depuis la naissance du projet « Semicolon » aux États-Unis en 2013. « Le message qu’on veut donner aujourd’hui, c’est qu’il y a quelque chose après », explique Kyla Duval Huet, intervenante à la maison des jeunes et co-organisatrice de l’événement. 

« J’ai eu recours à JEVI dans la dernière année, et aussi par le passé, avance Julie Boisvert, 42 ans. Maintenant, je vais l’avoir sur le bras, et je vais toujours le voir. Ce n’est plus une option pour moi. Je pense que ça aidera aussi ceux qui le verront. » 

Un sentiment que partageait également Yannick, 27 ans, qui a choisi l’un de ses doigts comme canevas. «  Je veux encourager les gens à continuer à vivre. Je n’aime pas beaucoup en parler, mais j’ai déjà eu certains problèmes, et parfois, si je n’avais pas été aussi bien entouré que je l’étais, ça aurait pu être plus difficile. JEVI est une belle alternative pour ceux qui ne trouvent pas de soutien dans leur entourage », conclut celui qui espère que ce symbole permettra également aux personnes en détresse de trouver écoute et soutien auprès de lui. 

Chanel Girard, 27 ans, n’a pas été touchée directement par le suicide, mais son métier de technicienne de laboratoire fait en sorte qu’elle côtoie régulièrement des personnes atteintes de troubles de santé mentale. « Je vois beaucoup de gens qui prennent des antidépresseurs ou qui sont par exemple passés par des tentatives de suicide. Si on peut les aider d’une façon quelconque, c’est parfait. Ce n’est qu’un petit 30 $ », commente celle qui affiche désormais le point-virgule sur sa nuque.

Symbole d’une phrase à laquelle on aurait pu mettre un terme, mais qu’on a choisi de poursuivre, le point-virgule est rattaché à la prévention du suicide depuis la naissance du projet « Semicolon » aux États-Unis en 2013.

Détourner la souffrance

Sept tatoueurs professionnels ont offert de leur temps, samedi, pour la tenue de cette levée de fonds hors du commun. Pour Bianca, qui oeuvre au Studio Forever Ink, l’implication de sa profession dans cette cause prend tout son sens. « En étant tatoueur, on crée une espèce de proximité avec les gens. On devient un peu une sorte de thérapeutes. Le tatouage en soi, aussi, c’est une façon de déplacer le mal. Au lieu d’aller vers l’automutilation, les gens vont aller vers le tatouage de façon artistique et le tourner de manière plus positive », observe celle qui voit beaucoup de troubles de santé mentale affecter son entourage.

L’activité de financement de la Maison des jeunes le Spot Jeunesse de Sherbrooke, qui se déroule dans le cadre de la Semaine de la prévention du suicide, avait amassé plus de 1800 $ pour JEVI l’an dernier. Celle-ci a connu un succès encore plus grand pour sa deuxième édition. Déjà, à l’ouverture des portes, 196 personnes avaient pris rendez-vous avec l’un des tatoueurs, qui ont en plus accepté plusieurs participations spontanées. 

« Tous les gens qui sont ici aujourd’hui sont réunis par la même cause, c’est aussi ce qui est beau dans cette rencontre. Il va certainement y avoir eu des échanges significatifs », souligne d’autant plus Charlotte Crevier, intervenante à la maison des jeunes et complice de Mme Duval Huet pour cette activité-bénéfice.   

Les tatouages étaient offerts au coût de 30 $. De ce montant, 15 $ sera remis à JEVI, tandis que l’autre servira à payer le matériel des tatoueurs. 

Besoin d’aide? Pour joindre JEVI, il suffit de composer le 819 564-1354. 

Josée Côté s'est prêté à l'exercice, samedi.