Marijuana: Dusseault accueille « favorablement » le projet de loi

Le député de Sherbrooke à Ottawa, Pierre-Luc Dusseault, accueille « favorablement » le projet de loi visant à légaliser la marijuana au Canada, mais il se promet d'être vigilant concernant les mesures mises en place par le gouvernement Trudeau pour en atténuer les impacts négatifs.
Pierre-Luc Dusseault
Appelé à réagir au projet de loi promis par les libéraux en campagne électorale, M. Dusseault n'a pas manqué de souligner qu'avec ce projet de loi le gouvernement Trudeau « remplit enfin une de ses promesses », mais qu'il reste encore « beaucoup de questions sans réponse » concernant l'application de la loi prévue pour le 1er juillet 2018.
M. Dusseault s'attend à ce que le projet de loi contienne des mesures précises concernant l'utilisation des taxes perçues sur la vente de la marijuana ainsi qu'à l'égard des jeunes contrevenants.
« On veut s'assurer que les taxes vont aller à l'éducation, à la prévention et à soutenir des programmes de lutte contre les dépendances. Pour nous c'est une question de santé publique, au même titre que l'alcool et les produits du tabac », a précisé le député néo-démocrate.
Concernant les jeunes contrevenants, M. Dusseault réclame que des mesures transitoires soient mises en place d'ici l'adoption du projet de loi. « Puisqu'on sait que la marijuana va être légale d'ici quelques mois, le gouvernement doit mettre en place des mesures transitoires pour éviter que des milliers de jeunes ne se retrouvent en prison ou avec un dossier criminel pour simple possession, comme le prévoit le projet de loi. »
Un échec, dit Berthold
De son côté, le député conservateur de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold, estime que le projet de loi est « un échec » par rapport aux promesses faites par les libéraux en campagne électorale.
M. Berthold a insisté sur le fait que Justin Trudeau avait promis de retirer le commerce de la marijuana des mains du crime organisé et de protéger les jeunes contre la tentation d'en consommer.
Or, selon M. Berthold, non seulement le projet de loi fait en sorte que « les Hell's Angels sont déjà en train de s'organiser », mais celui-ci ne protège pas adéquatement les jeunes, contrairement à ce que prétend le premier ministre.
« Ce qui est vraiment surprenant dans le projet de loi, c'est que des jeunes âgés de 12 à 18  ans vont pouvoir être en possession de 5 grammes de marijuana. C'est complètement absurde. Je ne comprends pas cette logique », a-t-il affirmé sur les ondes de la Première chaîne, ajoutant que les dispositions du projet de loi visant les jeunes vont à l'encontre de tous les avis d'experts reçus par le gouvernement lors de ses consultations.