Les parents de Nathan Dauphinais, né prématuré à 25 semaines, Karianne Tétrault et William Dauphinais (au centre), accompagnés de pluseiurs membres de leur famille venus les soutenir à la Marche pour les prématurés de Sherbrooke.

Marche pour les prématurés : se rassembler et s'épauler

Plus de 35 familles ont participé à la Marche pour les prématurés, samedi, à Sherbrooke. L’événement créé par Préma-Québec, qui a lieu simultanément dans six villes du Québec, veut souligner l’importance de la communauté entourant les familles touchées par la prématurité, les dons amassés sont utilisés pour améliorer leur qualité de vie. Cette année, plus de 40 000 $ seront remis à l’organisme, dépassant ainsi l’objectif initial.

C’est Vanessa Therrien qui agit de bénévole en chef cette année, elle organise donc la levée de fond et l’événement. Mme Therrien est la maman de l’Enfant-Soleil de l’Estrie, Jacob Métivier. Né à 29 semaines, le petit Jacob a passé les 480 premiers jours de sa vie à l’hôpital.

« Préma-Québec vient en aide aux parents d’enfants nés prématurés. Ils viennent en aide psychologiquement et organisent entre autres des cafés-causeries dans les hôpitaux du Québec. La Marche c’est pour se rassembler. On ramasse des sous et on rend hommage aux familles, il y en a présentement à l’hôpital qui n’ont pas la chance d’être avec nous aujourd’hui, on marche pour nous et pour eux », explique Mme Therrien.

Un enfant sur dix est né prématurément au Québec, ce sont donc environ 6000 enfants et leur famille qui sont touchées par ces difficultés.

« Mon petit garçon a une histoire particulière, avec 16 mois d’hospitalisation. Dès le début, je voulais m’investir dans Préma-Québec, mais je n’étais pas prête. Cette année, je me suis dit que c’était mon année. Je veux aider les gens et je veux redonner à cette cause-là, parce que j’ai reçu beaucoup d’aide de leur part. »

Le petit Jacob est maintenant âgé de deux ans et demi et il se porte beaucoup mieux. Bien que son histoire offre un vent d’espoir, les dénouements ne sont pas toujours aussi heureux.

La Marche pour les prématurés permet aussi de soutenir les familles vivant un deuil. C’est le message que Kariane Tétrault souhaite passer, étant maman du petit Nathan né à 25 semaines de grossesse qui n’a pas survécu.

« C’est important de rappeler aux parents qu’il n’y a pas tout le temps des belles histoires. Il y a malheureusement des histoires comme Nathan Dauphinais, où les choses ne se passent pas comme on aurait aimé », note-t-elle.

C’est à la suite de son accouchement qu’elle a appris l’existence de Préma-Québec. Depuis, comme Mme Therrien, elle souhaite redonner au suivant en offrant de son temps pour la cause. 

« Cette journée-là, la Marche ramène tout le monde ensemble. Ça fait une belle ambiance et c’était important pour nous d’être là. On va tout le temps s’impliquer avec Préma-Québec. Chaque année on va être là pour amasser des dons et se souvenir de Nathan », ajoute Mme Tétrault qui insiste sur l'importance d'avoir une communauté autour de soi lors des moments difficiles.

Samedi, elle et son conjoint ont marché aux côtés de plusieurs membres de leur famille, qui arboraient tous un chandail « À la mémoire de Nathan ».