Un centaine de personnes ont foulé les rues de Sherbrooke à l'occasion de la marche pour le climat.

Marche pour le climat : Sherbrooke sonne l’alarme

Malgré le froid, une centaine de manifestants se sont rassemblés devant l’hôtel de ville de Sherbrooke samedi après-midi pour participer à la marche mondiale pour le climat. Plus de 175 villes ont rejoint le mouvement.

Il s’agit d’une marche mondiale pour le climat qui est née à Paris. D’ailleurs plus de 25 000 personnes sont sorties dans les rues parisiennes samedi pour se faire entendre : la planète doit redevenir une priorité dans les actions gouvernementales.

Par le fait même, il s’agissait du sixième rendez-vous pancanadien, intitulé La planète s’invite au parlement.

« M. [François] Legault, je vous l’ai dit le mois passé et je vous le répète encore, notre planète n’est pas à vendre. Même si vous n’êtes pas en Pologne présentement, montrez-nous que vos engagements pour le climat ne se limitent pas à la construction de barrages, à l’exportation de notre hydro-électricité aux États-Unis et à un troisième lien à Québec », a déclaré Carl Lajeunesse pour motiver les troupes.

M. Lajeunesse est le coordonnateur de Greenpeace à Sherbrooke et s’est chargé de l’organisation de l’événement. « On est là pour signifier à nouveau notre mécontentement face aux politiques climatiques de nos gouvernements. On réclame encore une réaction immédiate à la hauteur des enjeux climatiques. L’heure est grave », précise-t-il.

La centaine de Sherbrookois a donc pris d’assaut les rues du centre-ville de l’hôtel de ville jusqu’au palais de justice samedi.

Un centaine de personnes ont foulé les rues de Sherbrooke à l'occasion de la marche pour le climat.

Greenpeace Sherbrooke en action

Le 10 novembre dernier, Greenpeace Sherbrooke était revenue en force avec l’organisation d’une marche pour l’environnement, toujours dans le cadre du mouvement La planète s’invite au parlement. Plus de 1000 citoyens avaient répondu à l’appel.

« Depuis je suis retourné à la séance du conseil de ville, parce que M. [Steve] Lussier avait dit des paroles. On lui a alors demandé de passer de la parole aux actes, il a donc signé la déclaration d’urgence climatique. Ce qui est déjà un premier pas. Ce qu’on veut faire c’est de retourner à toutes les séances du conseil jusqu’à ce qu’on ait vraiment des engagements clairs au municipal », souligne M. Lajeunesse.

Le coordonnateur assure que l’organisme local démarrera en grand l’année 2019, avec plusieurs événements au calendrier.

Un centaine de personnes ont foulé les rues de Sherbrooke à l'occasion de la marche pour le climat.