Malavoy quitte la vie politique

Marie Malavoy quitte la vie politique et ne se présentera pas comme candidate péquiste dans Taillon.
La ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport a annoncé sa décision jeudi, lors d'une très brève conférence de presse qui a duré moins de sept minutes à son bureau de circonscription à Longueuil.
Elle a indiqué avoir pris sa décision mercredi, afin de permettre au Parti québécois de « renouveler son équipe de candidats et de candidates », ajoutant que le parti allait présenter dès aujourd'hui une candidate « de grande qualité » pour briguer les suffrages dans la circonscription.
« Je quitte avec le sentiment du devoir accompli », a déclaré Mme Malavoy, disant croire que « le temps est venu pour moi de permettre à quelqu'un d'autre de représenter les citoyens de Taillon à l'Assemblée nationale ».
Elle a assuré que son départ n'avait fait l'objet d'aucune tractation ou pression.
« Qu'est-ce qu'on m'a promis? La réponse est simple: c'est rien... et je n'ai rien demandé, a assuré Mme Malavoy. C'est moi qui ai pris la décision. Je n'ai pas eu de demande de quitter. J'ai choisi librement. »
Marie Malavoy est députée péquiste dans la circonscription de Taillon depuis l'élection complémentaire de 2006 qui visait à combler le siège laissé vacant par le départ de Pauline Marois.
Elle avait auparavant été élue députée de Sherbrooke, en 1994. Elle avait occupé les fonctions de ministre de la Culture, mais avait dû démissionner après qu'il eut été révélé qu'elle avait voté plusieurs fois avant d'obtenir sa citoyenneté canadienne. Elle était toutefois demeurée députée jusqu'en 1998.
Depuis sa réélection en 2006, elle a été porte-parole officielle de l'opposition en matière de relations internationales et de l'enseignement supérieur, entre autres.
«Militante accomplie»
Elle est devenue ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport après la victoire du Parti québécois aux élections de septembre 2012. Elle était également ministre responsable de la région de la Montérégie.
Dans les minutes suivant son annonce, la première ministre Pauline Marois a tenu à souligner « la grande qualité de l'engagement de Marie Malavoy », qu'elle a qualifiée de « militante accomplie ».
« Je le fais avec beaucoup d'émotion; c'est une amie. C'est une femme pour laquelle j'ai un très grand respect. C'est une femme remarquable », a dit Mme Marois avant d'énumérer quelques réalisations de Mme Malavoy à titre de ministre de l'Éducation.
Mme Marois n'a pas répondu aux questions des journalistes après sa courte déclaration.