Maïté Bouchard a remporté la course de 800m disputée à Boston vendredi devant la Canadienne Melissa Bishop.
Maïté Bouchard a remporté la course de 800m disputée à Boston vendredi devant la Canadienne Melissa Bishop.

Maïté Bouchard améliore son record à Boston

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Pour une troisième fois cette saison, Maïté Bouchard a amélioré son record du Québec sur 800 m en salle, vendredi à Boston, en remportant une spectaculaire victoire au photofinish, grâce à un chrono de 2:00. 93 dans un peloton très relevé.

La Sherbrookoise a battu par un poil son idole de jeunesse Melissa Bishop. Cette dernière a terminé quatrième au 800 m disputé aux derniers Jeux olympiques de Rio, en 2016.

Lors de la compétition BU Last Chance, qui s’est déroulée à Boston vendredi, Maïté Bouchard est venue clore sa saison en salle avec une performance qui la laisse encore incrédule.

Faisant face à un peloton international des plus relevés, elle s’est présentée sur place avec le 7e temps inscrit, mais avec la confiance d’être en mesure de rivaliser avec chacune d’elles. 

Cette confiance ne lui a pas joué de vilain tour alors qu’à la suite d’une course très chaudement disputée, Maïté a su devancer toutes ses compétitrices et s’emparer de la victoire. 

« C’est une victoire des plus savoureuses, et ce, pour de multiples raisons ! Dans un premier temps, pour y parvenir, elle a dû y inscrire son meilleur temps à vie, soit 2:00. 93, ce qui constitue pour elle un record personnel autant l’intérieur qu’à l’extérieur. Évidemment, il s’agit une fois de plus d’une nouvelle marque québécoise, que Maïté a abaissée pour une troisième fois en trois sorties cet hiver », a précisé son entraîneur Simon Croteau.

« Elle gagne également un rang dans la liste de tous les temps au Canada, se positionnant maintenant au 4e rang. Forte de cette première percée sous la barre des 2:01, Maïté conclura vraisemblablement la saison dans le top 10 mondial, alors qu’elle est bien installée au 9e rang, avec seulement quelques courses à faire dans le monde cet hiver. »

Au-delà de ces statistiques, un autre facteur vient donner une saveur particulière à cette victoire, alors que Maïté a devancé son idole de jeunesse, la Canadienne Mélissa Bishop.

L’Américaine Ceaira Brown, finaliste des derniers championnats du monde et la Française Cynthia Anaïs, ont suivi dans l’ordre.

« Maïté, me disait après avoir réalisé son exploit : « Maintenant, je sais que j’appartiens à cette catégorie de coureuses devant qui j’étais en admiration il y a à peine deux ans ! Je suis à prendre au sérieux moi aussi !», a dit Simon Croteau.


Briser la barre mythique des deux minutes


À quelques mois, d’une campagne d’été aussi importante, cette décharge de confiance ne peut pas arriver à un meilleur moment. 

«Alors que le rideau tombe sur la saison en salle, on ne peut que faire un bilan des plus positifs des derniers mois. L’objectif était d’afficher deux solides performances sur les trois courses ciblées afin de consolider ses chances d’être de la sélection de l’équipe olympique. La sélection officielle sera faite le 3 juillet», a poursuivi Simon Croteau.

«Ce sera finalement trois excellents chronos en trois sorties et une confiance en elle bonifiée la transformant en une athlète redoutable qui se retrouvent au bilan. C’est maintenant les yeux rivés sur la saison extérieure que nous reprendrons l’entraînement après une pause bien méritée de quelques jours. L’objectif demeure le même : devenir la première Québécoise de l’histoire à courir sous la barre mythique des 2:00. 00. Quand cet objectif sera atteint, les choses tomberont en place d’elles-mêmes et les arguments en sa faveur pour une sélection pour Tokyo seront difficiles à réfuter. Il reste évidemment beaucoup de travail à accomplir, mais étant le témoin privilégié de sa progression depuis les tous débuts, je n’ai aucun doute sur sa capacité à faire face au prochain chapitre», a conclu son entraîneur, à peine rentré de Boston.