Le système de réfrigération de l’aréna actuel de Magog est devenu désuet, de sorte que la Ville de Magog doit le remplacer ou alors réaliser un projet de construction d’un nouvel aréna. Après analyse, la municipalité a décidé de choisir la seconde option.

Magog aura-t-elle sa deuxième glace ?

La Ville de Magog sera-t-elle en mesure de concrétiser son projet d’aréna à deux patinoires, à l’école secondaire de la Ruche, tel qu’espéré par de nombreux amateurs de hockey locaux ? Le projet continue d’exister, mais sa réalisation n’est pas assurée et la municipalité pourrait être forcée de revoir ses plans au cours des prochains mois.

Mairesse de Magog, Vicki-May Hamm avoue avoir traversé une période de découragement au cours des derniers mois. « J’ai commencé à être découragée il y a quelque temps. Je trouvais que ça devenait vraiment difficile dans ce dossier. J’ai par contre repris espoir, parce que de bonnes nouvelles nous arriveront peut-être à l’automne », a-t-elle expliqué.

Le projet d’aréna à deux patinoires de la Ville de Magog est évalué à 25 millions $. La municipalité souhaite qu’au moins les deux tiers de cette somme soient injectés par les gouvernements fédéral et provincial, sans quoi elle abandonnera son plan initial.

Au cours de l’automne, le gouvernement du Québec devrait dévoiler un nouveau programme d’aide pour faciliter la réalisation de projets d’infrastructure sportive et de loisir dans les municipalités. La mairesse et ses collaborateurs dans ce dossier espèrent que le futur programme pavera la voie à la construction de l’aréna tant souhaité.

« On est confiants que notre projet répondra aux critères d’admissibilité du programme. Mais vont-ils simplement saupoudrer de l’argent ici et là ? Ça, on ne le sait pas. On aura la réponse plus tard » , note Vicki-May Hamm.

Si les modalités du programme gouvernemental seront annoncées bientôt, les projets retenus et les sommes accordées à chacun ne seront dévoilés qu’au printemps prochain, d’après les informations obtenues auprès des intervenants liés au dossier.

Le temps presse

Porteur du dossier, l’ancien conseiller municipal Jean-Guy Gingras est également conscient que le temps presse. La Ville sera en effet potentiellement obligée de rénover son vieil aréna, advenant que Québec et Ottawa ne soient pas au rendez-vous en 2020. Le système de réfrigération du bâtiment est relativement ancien et de nouvelles normes gouvernementales l’ont rendu complètement désuet.

« J’ai rencontré le chef de cabinet de la ministre Isabelle Charest récemment. Je suis sorti de cette rencontre plus sécurisé qu’avant d’y entrer. On a l’intention de redéposer notre plan pour analyse rapidement une fois que les détails du programme seront connus », assure M. Gingras.

Selon ce dernier, l’annonce d’une aide financière pour la Ville par le gouvernement provincial ferait en sorte qu’Ottawa suivrait. « Le fédéral attend le provincial dans ce dossier. Je n’ai rien d’écrit qui confirme ça, mais plusieurs intervenants me l’ont dit », affirme-t-il.

Aux yeux de Jean-Guy Gingras, il est impératif que la Ville reçoive une réponse positive en 2020, sinon les probabilités qu’une seconde patinoire intérieure soit construite un jour, à Magog, risquent de diminuer fortement.

« Il ne faut pas se conter des histoires, il n’y aurait pas assez de stationnements à l’aréna actuel pour qu’une deuxième glace voie le jour à cet endroit. De toute façon, c’est à côté de l’école la Ruche que ça prendrait ce genre d’équipement étant donné que les utilisateurs sont là », déclare-t-il.

Député d’Orford, Gilles Bélanger indique pour sa part qu’il continue de croire au projet développé par la municipalité. Il promet d’intervenir en faveur des gens de Magog au besoin.