Magog : le site de l’usine Difco sera mis en valeur

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Le site de l’ancienne usine Difco à Magog changera d’allure avec la démolition d’une partie des bâtiments laissés à l’abandon depuis des années le long de la rue Principale Est.

Mardi soir, la Ville de Magog a fait le point sur les projets de la compagnie Anahid Hospitality Management Inc., propriétaire du site. Des travaux de mise en valeur sont prévus à court terme sur ce complexe.

Environ 60 personnes ont assisté à l’événement virtuel.

Un rapport d’architecte et d’ingénieur attestant de la vétusté de plusieurs des bâtiments qui forment l’ancien complexe industriel a été déposé à la mi-novembre à la Ville de Magog. Ce rapport accompagne une demande de démolition déposée par le propriétaire pour une partie du complexe industriel. 

Lors de la séance du conseil lundi, les élus avaient adopté un projet de règlement qui remplacera celui concernant la démolition sur son territoire. Le nouveau règlement vise, entre autres, à faire en sorte que les bâtiments patrimoniaux ainsi que les bâtiments d’intérêt particulier à valeur patrimoniale supérieure ne puissent être démolis sans autorisation du conseil municipal.

« Je sais qu’il y a des préoccupations au sujet du développement de ce secteur. C’est pourquoi nous avons souhaité être très transparents en prenant l’initiative d’organiser cette séance d’information », a affirmé la mairesse de la Ville de Magog, Vicki-May Hamm.

« Pour nous, il a toujours été clair qu’en raison de l’état de plusieurs bâtiments, la démolition de certains d’entre eux s’avérait être la seule option pour pouvoir mettre en valeur et développer le site. Nous avons toutefois l’intention de nous assurer que les bâtiments qui ont une valeur patrimoniale soient conservés et restaurés. C’est d’ailleurs ce que témoigne le dépôt du projet de règlement modifiant les modalités concernant la démolition sur le territoire que nous avons adopté le 7 décembre. »

Prochaines semaines

Anahid Hospitality Management Inc. a annoncé que des travaux de démolition seront réalisés sur le site à compter des prochaines semaines. Sa volonté est toutefois de conserver, de restaurer et de mettre en valeur les édifices qui ont une valeur patrimoniale. 

Il s’agit de l’ancien atelier de filature construit en 1889 et de l’ancien entrepôt de matières brutes. Certains éléments des bâtiments démolis seront conservés et intégrés aux nouveaux aménagements, notamment les fragments du mur de soutènement du canal d’amenée hydraulique.

Rappelons que l’hiver dernier, le Collectif du Quartier-des-Tisserands avait exprimé ses craintes que le projet de démolition partielle du complexe de la défunte Dominion Textile représente une menace de premier ordre pour l’avenir de cet immeuble patrimonial, situé en bordure de la rivière Magog.

Pour Mme Hamm, il s’agit d’un pas de géant pour la revitalisation du quartier des Tisserands. « Après toutes ces années, je suis très heureuse de voir que les choses bougent dans ce dossier. Ce site historique et gigantesque laissé à l’abandon sera enfin mis en valeur. »

Une fois les travaux terminés, les Magogoises et les Magogois pourront admirer les bâtiments patrimoniaux qui sont actuellement cachés. Également, les berges de la rivière Magog redeviendront accessibles.

Lorsqu’il sera connu, le projet projeté sur le site sera présenté à la population.

L’usine de textile Difco Performance Inc. s’est établie à Magog à la fin du 19e siècle. Pendant 127 ans, elle a agi comme un véritable moteur économique de la région. Avec la C.S. Brooks, les deux usines ont réuni au même endroit les opérations de filage, de tissage de blanchiment et d’impression du coton.