Steve Lussier s’est rendu sur le chemin Sainte-Catherine la fin de semaine dernière pour constater la situation.

Lussier cherche un plan B pour les motoneiges

Le maire Steve Lussier s’est rendu sur le chemin Sainte-Catherine en motoneige, samedi, pour évaluer la situation déplorée par le Club de motoneige Harfang de l’Estrie. Admettant que la sécurité des motoneigistes pourrait être compromise en circulant dans l’accotement du chemin Sainte-Catherine, M. Lussier indique qu’un nouveau tracé est évalué pour un éventuel sentier.

M. Lussier rapporte avoir rencontré le vice-président au développement des sentiers du Club de motoneige, Marc Lachance, à l’occasion de sa promenade. « Je suis allé voir sur place également en automobile vendredi pour aller rencontrer les citoyens. »

Le conseiller du district de Deauville, Pierre Tremblay, n’était pas de ces rencontres. « Ma première réaction a été d’inviter M. Tremblay. Ce n’est pas pour mal faire que je ne l’ai pas fait. C’est que je n’avais pas d’autre motoneige. »

Steve Lussier dit avoir discuté avec d’autres municipalités pour connaître leur position dans des situations comme celle vécue à Sherbrooke. Rappelons que les motoneigistes empruntaient la piste cyclable longeant le chemin Sainte-Catherine. Si une permission spéciale leur avait été accordée à cet effet en 2015, elle n’avait jamais été renouvelée par la suite. Après une plainte d’un citoyen, la Ville a simplement fait respecter son règlement en interdisant à nouveau le passage des motoneiges.

« On va probablement arriver avec une solution. La saison se termine, mais je ne veux pas qu’on traîne ça jusqu’à l’an prochain. Je veux qu’on règle ça dès cette année. J’ai d’autres rencontres avec les propriétaires. J’ai constaté moi-même que c’est très dangereux. C’était la première année que ça passait sur ce tronçon. Ce n’était pas l’idéal. »

M. Lussier indique qu’un autre tracé, qui ne serait pas sur rue, sera étudié. « Si c’est sur rue, ce serait seulement sur une petite parcelle. »

Réunions prévues

Marc Lachance confirme que des réunions sont prévues dans les prochains jours ou les prochaines semaines avec les propriétaires habitant le long du chemin Sainte-Catherine pour trouver une solution. « Il y a un autre tracé possible pour nous rendre à la Cantine Maggie, mais il entraînerait un détour de plusieurs kilomètres. Ce n’est pas normal de devoir parcourir plusieurs kilomètres de plus pour aller manger un hot-dog. On trouve ça plate que ça vienne d’une plainte d’un citoyen. S’il se plaint de la présence des cyclistes, est-ce qu’on va fermer la piste cyclable? »

M. Lachance laisse entendre qu’un plan B placerait la Cantine Maggie au fond d’un cul-de-sac de sentier de motoneige. « Un cul-de-sac ne serait pas subventionné. Il faudrait faire le resurfaçage par nous-mêmes. Il faudra vérifier si c’est rentable. »

Le conseiller Pierre Tremblay déplore ne pas avoir été invité à ces rencontres. « Je suis content que le maire soit à la recherche d’un plan B. Je suis extrêmement déçu qu’il ne m’ait pas consulté là-dessus. S’il m’avait appelé, je me serais rendu sur les lieux et nous aurions pu regarder ça ensemble. S’il y avait une meilleure communication de sa part, ça éviterait bien des conflits. Peut-être qu’il regrette que la décision ait été prise au comité exécutif plutôt qu’au conseil municipal comme ç’aurait dû se passer... »