L'UQTR lorgne quelques terrains à Drummondville

Jean-Pierre Boisvert
La Tribune
Une première démarche visant à identifier l'emplacement idéal pour ériger le futur campus universitaire de l'UQTR à Drummondville a déjà été effectuée, selon la mairesse Francine Ruest Jutras.
«Les gens de l'UQTR sont venus voir la semaine dernière les différents sites qui pourraient accueillir le campus universitaire et ils ont été très contents du potentiel de certains d'entre eux. D'ici peu, ils vont présenter leur préférence et il est certain que nous allons jouer un rôle de facilitant pour qu'ils obtiennent satisfaction», a-t-elle affirmé lors de le dernière séance du conseil municipal.
En réponse à une question d'un citoyen qui disait souhaiter que l'établissement d'enseignement aménage son campus dans le centre-ville de Drummondville, la mairesse n'a pas paru entichée par cette suggestion. «Les responsables de l'université ont déjà exprimé leur désir de s'installer près de l'autoroute 20 afin de profiter d'une bonne visibilité. Il y a aussi une question d'accessibilité. Il faut comprendre que c'est leur intérêt», a indiqué Mme Ruest Jutras.
Il y a un mois, en conférence de presse, la Ville de Drummondville et l'UQTR, représentée par le recteur Ghislain Bourque, avaient annoncé un projet commun de construire un campus universitaire, qui pourrait voir le jour en 2013, peut-être même en 2012. Un comité restreint a été mis sur pied pour examiner différentes options de financement. Il reste à confirmer la faisabilité financière du projet et à obtenir l'approbation du ministère de l'Éducation, deux pré-requis qui devraient être complétés ce printemps.
jean-pierre.boisvert@latribune.qc.ca