À 96 ans, Roger Morin a reçu la distinction honorifique de la Légion d’honneur de la France.
À 96 ans, Roger Morin a reçu la distinction honorifique de la Légion d’honneur de la France.

L'un des derniers vétérans de la 2e Guerre s’éteint

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
L'un des derniers vétérans de la Seconde Guerre mondiale de Sherbrooke, Roger Morin, est décédé le 17 mars à l’âge de 97 ans. Ses proches lui ont rendu hommage lors de ses funérailles en fin de semaine.

L’an dernier, M. Morin avait été décoré de la Légion d’honneur de la France, la plus haute distinction française remise à des citoyens qui ont rendu service à la nation française, une récompense créée en mai 1802 par Napoléon Bonaparte.

Étreint par l’émotion, M. Morin avait reçu l’insigne honneur des mains de Robert Groulx, président des Vétérans de l’armée, de la marine et de l’aviation du Canada.

« M. Morin était toujours prêt à aider. Il a notamment combattu en 1944, à Juno, et s’est rendu l’année suivante jusqu’à Berlin. Il était chauffeur de camion et transportait des munitions », se rappelle M. Groulx.

Récipiendaire de l’Ordre de La Croix des Fusiliers, M. Morin a été employé de la Ville de Sherbrooke plus de 25 ans. C’est lui qui a d’ailleurs sculpté les armoiries de Sherbrooke situées dans la salle du conseil de l’hôtel de ville de Sherbrooke.

Il a aussi été membre de la filiale Sherbrooke Hussard et président de la Légion Royal Canadienne.

En mai dernier, il avait célébré ses 75 ans de mariage avec Rita Breault. Le couple s’était uni le 1er juin 1942, juste avant que le jeune homme quitte le pays pour combattre à la Deuxième Guerre mondiale. À son retour, près de trois ans plus tard, sa bien-aimée l’attendait avec sa première fille, Lisette, conçue tout juste avant son départ. Le couple a finalement fait naître 13 enfants. M. Morin avait aussi 17 petits-enfants et 24 arrière-petits-enfants.

Le Club de motoneige Harfang de l’Estrie a mis fin lundi à d’une saison qui aura été d’une longueur appréciable.

Fin d’une saison de motoneige en deux temps

Le Club de motoneige Harfang de l’Estrie a mis fin lundi à une saison en deux temps et d’une longueur appréciable. Le président Daniel Beaudette s’est dit fort heureux de l’hiver que ses membres viennent de connaître.

« Les fonds des sentiers sont encore bons, mais les ruisseaux sont dégelés et ça défonce. C’est rendu trop chaud. »

« La saison a débuté avec du froid, ensuite avec de la neige. Ça a permis d’avoir de beaux sentiers en partant », relate M. Beaudette.

« Mais un redoux est venu briser notre saison. » Des averses de neige ont permis de relancer la saison, ajoute-t-il. « Oui, nous avons pu continuer. On peut dire que la saison a été plus longue que d’habitude. Ça fait que les droits d’accès aux sentiers deviennent plus intéressants. »

Par ailleurs, le dossier de la reconstruction du pont Bernier, détruit l’hiver dernier par des glaces de la rivière Saint-François, avance, ajoute Daniel Beaudette. Il espère que la structure sera prête pour la prochaine saison.

« Je suis le dossier aux deux semaines, dit-il. À la Ville de Sherbrooke, on me dit que le pont pourrait être remplacé pour l’automne prochain. »

« Je ne lâche pas. C’est un pont important pour nous. C’est aussi un pont emprunté par les cyclistes et les marcheurs l’été. »

Rappelons que les trains devraient pouvoir recommencer à enjamber la rivière Saint-François à la hauteur de Brompton à la fin du mois d’avril.  -  Claude Plante

Sherbrooke paie 3000 $ pour Pluton

La Ville de Sherbrooke dépensera 3000 $ pour participer au projet de déploiement d’un système solaire géant à l’échelle entre le mont Mégantic et Sherbrooke. Une réplique de Pluton d’environ 3 cm sera installée au Marché de la gare.

Les 3000 $ serviront à la fabrication de l’astre et à la confection d’un panneau d’interprétation expliquant le concept.

Rappelons que La Tribune annonçait en novembre la réalisation de ce projet qui marquera le territoire de la Réserve internationale de ciel étoilé. L’inauguration est prévue au courant de l’été pour souligner les dix ans de la réserve internationale et les 40 ans de l’Observatoire du Mont-Mégantic.

Outre Lac-Mégantic et Sherbrooke, les villes de La Patrie, Piopolis et Lambton accueilleront une planète. Le coût total du projet s’élève à 22 000 $, dont 9000 $ proviennent de la MRC du Granit. -  Jonathan Custeau