Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les chercheurs Réjean Fontaine, Alexandre Langlois et Jérôme Claverie de l’Université de Sherbrooke (UdeS) pourront bénéficier d’une somme de 28 M$ en vue d’acquérir de l’équipement de pointe nécessaire à l’avancement de leurs travaux.
Les chercheurs Réjean Fontaine, Alexandre Langlois et Jérôme Claverie de l’Université de Sherbrooke (UdeS) pourront bénéficier d’une somme de 28 M$ en vue d’acquérir de l’équipement de pointe nécessaire à l’avancement de leurs travaux.

L’UdeS reçoit 28 M$ en soutien à la recherche

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’intelligence artificielle, les propriétés des matériaux polymères et les répercussions des changements climatiques en Arctique seront à l’honneur alors que trois chercheurs de l’Université de Sherbrooke (UdeS) se partageront 28 M$ en vue d’acquérir de l’équipement de pointe nécessaire à l’avancement de leurs travaux.

Cette somme provient du Fonds d’innovation de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et s’inscrit dans la récente annonce du premier ministre Justin Trudeau qui annonçait, le 3 mars, des investissements de 518 millions $ pour financer des laboratoires et de l’équipement dans 35 universités et établissements de recherche.

Les projets sélectionnés par la FCI couvrent un large éventail de sujets qui touchent la fabrication, le développement de villes intelligentes, l’architecture, l’imagerie médicale, l’immunothérapie, les changements climatiques, et plusieurs autres champs d’expertise.

« Je suis extrêmement fière de voir l’Université de Sherbrooke se démarquer une fois de plus à l’échelle canadienne, et à l’échelle mondiale. Notre gouvernement, en finançant ainsi les projets de recherche de l’UdeS, lui permet d’innover sur plusieurs aspects scientifiques, dont les changements climatiques. Des recherches qui nous permettront de travailler vers un meilleur avenir », a commenté par voie de communiqué la députée de Sherbrooke, Élisabeth Brière.

Élisabeth Brière, députée de Sherbrooke et secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles.

Trois projets d’envergure

Ainsi, le professeur Réjean Fontaine, du département de génie électrique et de génie informatique à la faculté de génie, et son équipe de recherche pourront, grâce au fonds de la FCI, faire l’acquisition d’équipements dans le but de concevoir des microsystèmes capables de traiter des données en périphérie.

« Ce que nous voulons faire, c’est distribuer l’intelligence artificielle dans les petits objets pour réduire l’énorme empreinte écologique générée par la transmission de ces données à travers le cloud », explique le professeur.

Plusieurs universités canadiennes, dont l’UdeS, pourront aussi se procurer de l’équipement en vue de s’installer à la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique, générée par Savoir polaire Canada, et de s’intéresser au Nord canadien.

Le professeur Alexandre Langlois, du département de géomatique appliquée à la faculté des lettres et sciences humaines, sera notamment en mesure de récolter des données généralement difficiles d’accès pour l’Observatoire multidisciplinaire pour le suivi du changement climatique et des événements extrêmes en Arctique (OMCCA).

Finalement, le professeur Jérôme Claverie, du département de chimie à la faculté des sciences, se verra remettre un montant pour son projet multidisciplinaire « Pyridine » qui consiste en une interface de recherche sur la structure et les propriétés des matériaux polymères.

« Nous pouvons être fiers des avancées remarquables de notre communauté de recherche, qui collabore avec de nombreuses universités québécoises et canadiennes, afin de répondre aux enjeux actuels de la société », affirme le professeur Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures de l’Université de Sherbrooke.