L’Université de Sherbrooke est exclue d’une demande d’autorisation d’action collective et tout indique qu’elle le demeurera.
L’Université de Sherbrooke est exclue d’une demande d’autorisation d’action collective et tout indique qu’elle le demeurera.

L’UdeS exclue d’une demande d’autorisation d’action collective

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
L’Université de Sherbrooke est exclue d’une demande d’autorisation d’action collective touchant la majorité des établissements universitaires de la province, dont l’Université Bishop’s.

L’avocate au dossier du cabinet Jean-François Bertrand, Élodie Drolet-French, explique qu’il serait difficile d’inclure l’UdeS, au même titre que l’Université McGill, en raison de leur règlement des études. Ceux-ci prévoient des situations où il est possible d’exclure leurs responsabilités... comme des situations hors de leur contrôle.

La demande déposée par une étudiante de l’Université Laval vise 15 universités, dont l’Université Bishop’s.

Selon cette action collective, les mesures mises en place « au sein de la majorité des universités à la session d’hiver 2020 étaient insuffisantes pour leur permettre d’honorer les engagements qui les lient aux étudiants en vertu de leur contrat universitaire ». L’objectif est de récupérer une partie des frais de scolarité de la session d’hiver 2020, soit 30 $ par crédit universitaire. Un cours représente habituellement trois crédits.

Rappelons que la session d’hiver a été interrompue le 13 mars dernier, avant de reprendre sous différentes formes d’enseignement à distance.

« En ce moment, on n’a pas de position en ce sens-là, indique le président de la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS), Alexandre Guimond. On a statué sur plusieurs sujets hier (lundi) et on va se concentrer à voir s’il y a certains services pour lesquels on a plus ou moins accès. Par exemple, le centre sportif, à la session d’automne, est-ce qu’on peut encore le retirer des frais? (NDLR : s’il demeurait fermé). De ce côté-là, l’Université est assez ouverte, donc on ne voit pas l’intérêt, surtout qu’elle est bien protégée par le règlement des études, de pousser en cour. En plus, on a une bonne relation avec l’UdeS. » 

M. Guimond avait eu un échange avec Me Drolet-French la veille.

L’UdeS a mis en place certaines mesures, dont l’annulation des frais associés au service du sport et de l’activité physique (centre sportif), et une réduction de 50 % des frais afférents associés au transport en commun.

Des discussions sont en cours entre la FEUS et l’UdeS au sujet du système de notation de la session d’été. La FEUS souhaite que l’institution applique le même système de notation qu’à la session d’hiver, qui n’avait pas d’effet sur la moyenne cumulative. Or, la FEUS reçoit une fin de non-recevoir, selon l’organisation. La FEUS souhaite que l’étudiant puisse choisir entre la mention réussite ou échec, ou encore opter pour la note traditionnelle, comme c’était le cas à la session d’hiver.