Le fort courant du débordement a creusé le sol jusque sous la chaussée, samedi soir.

L’orage cause plusieurs dommages à Fleurimont [PHOTOS]

Il y a quelques jours, Gabriel Therrien et Fanny Fontaine se réjouissaient de ne pas vivre la commotion du déménagement cette année. Ce couple dont l’appartement se situe sur la rue Ernest-Therriault s’est néanmoins retrouvé empêtré dans les boîtes dimanche...

Même si le débordement ayant inondé une portion de rue à Fleurimont s’est résorbé durant la nuit, il a causé plusieurs dégâts matériels sur son passage. L’immeuble à logements où réside le couple a particulièrement été touché, car l’eau s’est infiltrée dans l’espace de rangement (le « locker ») et y a monté jusqu’à près d’un mètre.

« Ton chandail du Maroc, on le fera tremper dans l’eau savonneuse, mais tes magazines Safarir sont irrécupérables », signale Mme Fontaine à son amoureux, penchée au-dessus d’une boîte, les pieds dans la fine couche de boue recouvrant le sol de ciment.

La source de l’incident : une installation justement conçue pour gérer de telles crues subites s’est retrouvée bouchée par des roches, de la boue et des débris végétaux. Les violentes averses de l’orage et la forte inclinaison du terrain ont alors formé à cet endroit un grand bassin qui a débordé pendant une bonne partie de la soirée. C’est cet impressionnant déversement qui a été filmé par M. Therrien.

Plusieurs résidents du bloc à appartements touché rapportent que l’installation avait justement été mise en place en raison de problèmes causés par une crue semblable survenue il y a environ six ou sept ans - du moins c’est ce qu’ils ont entendu, mais aucun des témoins rencontrés ne vivait à cet endroit lors de ces années.

Multiples dégâts

« C’était plus impressionnant hier. Là, on est dans l’après et le nettoyage », laisse tomber M. Therrien.

En plus des voir leurs biens entreposés se faire endommager par l’eau, les résidents ont aussi eu à débarrasser leurs voitures de branches et autres débris accumulés autour des pneus et sous les véhicules. « La moto d’un voisin a même été emportée par le courant et est allée rentrer dans une auto stationnée », relate M. Therrien.

L’appartement du bas - soit celui situé au même niveau que l’espace de rangement - est lui aussi fortement endommagé, avec le bas des murs recouvert d’une pellicule de boue. « Au moins, les anciens locataires étaient partis depuis deux semaines! », rapporte David Paquette, locataire au deuxième étage de l’immeuble. Par contre, le ménage qui devait y emménager en août prochain ne pourra plus s’y installer. Ils devraient être pris en charge par la Croix-Rouge, a-t-il entendu dire.

En outre, de grandes quantités d’eau se sont écoulées rapidement sous l’asphalte, déformant considérablement le stationnement de l’immeuble et créant un grand trou sous la chaussée de l’autre côté de la rue Ernest-Therriault.

La météo très variable de dimanche, qui alternait entre percées de soleil et averses abruptes avec orage, ne rassurait pas les résidents interrogés par La Tribune. « On se croise les doigts pour ne pas avoir d’autre débordement dans les prochains jours », lance M. Paquette, précisant que l’installation est toujours complètement bouchée par la boue et les débris.

Du côté de la Ville, on répond que les équipes à temps plein seront de retour sur le terrain mardi pour analyser la raison de l’accumulation d’eau sur la rue en question.

Un employé aurait néanmoins été aperçu prenant des photos en matinée dimanche et un cône a été placé en bordure de route, vis-à-vis l’endroit où l’eau a créé le trou s’étirant sous l’asphalte.

Pannes et autres

L’orage de samedi a également causé plusieurs pannes de courant. Au plus fort de la tempête, environ 12 000 abonnés étaient privés d’électricité, mais cela n’a duré que quelques heures pour la majorité.

Dimanche soir, Hydro-Sherbrooke indiquait qu’il restait encore quelques pannes isolées qui étaient traitées au cas par cas, mais aucun chiffre n’a été donné.

Une citoyenne a par ailleurs fait parvenir à La Tribune des photos et vidéos présentant des rues submergées et des dégâts survenus samedi, dans le secteur des rues Pariseau et Wilfrid, à Fleurimont.

Un débordement serait également survenu dimanche à Omerville, alors que des citoyens ont rapporté que le niveau d’eau d’un ruisseau aurait monté jusqu’à la chaussée du boulevard Bourque et aurait débordé temporairement sur la route. La Régie de police de Memphrémagog a plutôt rapporté que le ruisseau a « failli déborder » et qu’il n’y aurait aucun dommage.

L’endroit sur le terrain d’où se déversait l’eau accumulée a été rongé par le courant. La hauteur des végétaux pris dans la clôture témoigne de l'ampleur du débordement.