Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’interdiction de glisser a été levée lundi au parc Marie-Médiatrice.
L’interdiction de glisser a été levée lundi au parc Marie-Médiatrice.

L’interdiction de glisser est levée au parc Marie-Médiatrice

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
SHERBROOKE — L’interdiction de glisser au parc Marie-Médiatrice n’aura finalement duré que deux jours. Des cols bleus ont retiré la clôture de sécurité installée le 2 janvier. Le conseiller du district de l’Université, Paul Gingues, déplore ne pas avoir été informé de la décision initiale par la Ville elle-même.

Dans un court communiqué, la Ville de Sherbrooke explique que la pente de glisse avait été fermée pour des raisons de sécurité parce que le manque de neige empêchait le personnel de remplir un fossé situé au bas de la pente. On indique que les chutes de neige des derniers jours ont permis de remplir le fossé.

Dans le même communiqué, M. Gingues salue la rigueur des services municipaux pour assurer la sécurité des gens. Au téléphone, il rapporte avoir reçu trois courriels au sujet de la pente du parc Marie-Médiatrice au cours de la fin de semaine. « J’ai fait les interventions nécessaires pour que la situation se règle. Encore une fois, l’élu du district n’avait pas été mis au courant. On m’avait laissé entendre qu’un incident était survenu vendredi, mais comme je n’avais pas d’information, je me suis fait toutes sortes de scénarios en fin de semaine. Ç’aurait été quoi de m’appeler et de me le mentionner? Je ne savais pas quoi dire à mes citoyens. Le check one, two ne se fait pas. Le chaînon manquant, c’est d’appeler l’élu pour discuter et trouver une solution. Je souhaite que pour 2021, la communication entre la direction, les fonctionnaires et les élus se fasse et que le gros bon sens soit de la partie. »

Une plainte

Vérification faite, à la Ville de Sherbrooke, on précise qu’aucun accident n’a été enregistré, mais qu’une plainte citoyenne avait été reçue pour dénoncer la dangerosité de la pente. Cette communication a été traitée comme une requête citoyenne et c’est la Division des parcs qui a décidé d’intervenir.

Quant au mode de communication avec les élus, on précise qu’il est impossible de contacter les élus chaque fois qu’une requête concerne leur district, mais qu’un tableau de bord mis à jour régulièrement est à leur disposition. 

Des citoyens avaient déploré la décision de la Ville, au courant de la fin de semaine, d’interdire la glissade au parc Marie-Médiatrice, soulevant l’hypothèse d’une tranchée qui causait des enjeux de sécurité au bas de la pente. Lors du passage de La Tribune dimanche, plusieurs familles glissaient malgré tout entre les arbres dans des endroits plus restreints et potentiellement plus dangereux. La nouvelle clôture avait été brisée pour permettre un passage aux glisseurs.