Les travaux sont avancés pour l’aménagement du nouveau terminus de Limocar au coin des rues King Ouest et du Dépôt.

Limocar déménagera le 1er mai

Les travaux sont bien amorcés, au centre-ville de Sherbrooke, pour le déplacement du terminus des autobus de Limocar. La salle d’attente et la billetterie seront installées sur la rue du Dépôt, au coin de la rue King Ouest, dans le même bâtiment qu’Emploi-Québec. Les autobus s’arrêtent pour le moment à la gare de la rue du Dépôt, près de la microbrasserie le Siboire. La Société de transport de Sherbrooke (STS) n’a toujours pas donné son aval pour l’utilisation de ses quais d’embarquement.

« À partir du 1er mai, nous serons fonctionnels. Les gens seront invités à faire l’achat de leurs titres de transport dans notre nouveau terminus. Limocar arrivait à la fin de son bail. En raison de cette situation, elle a décidé de déménager dans un local à proximité, plus spacieux et avec des installations plus modernes. De plus, considérant la fin du bail, Limocar a souhaité devenir exploitant de son terminus, alors que ce n’est pas le cas dans le terminus actuel », explique Marie-Céline Bourgault, directrice des communications et affaires publiques pour Transdev.

Cette information avait filtré le mois dernier. Le président de la STS, Marc Denault, avait nié que Transdev s’était entendue avec la société de transport. Il réitère qu’il n’y a toujours aucune entente et que le sujet n’a pas fait l’objet de débat au conseil d’administration. En février, il avançait que « la priorité sera d’assurer la sécurité des usagers et des chauffeurs ».

Mme Bourgault croit qu’il sera possible d’en arriver à une entente avec la STS avant le 1er mai pour l’utilisation de ses quais de la rue du Dépôt. « Nous sommes en discussion avec la Ville pour déterminer le lieu où les autobus pourront s’arrêter. Il y aura un partage des quais, mais il y a encore des choses à finaliser. Les pourparlers se poursuivent cette semaine. »

Campagne d’information

Une campagne d’information devrait être lancée prochainement pour informer la clientèle. Entre 800 et 1000 voyageurs transitent chaque jour par le terminus de Limocar au centre-ville. On compte onze départs et onze arrivées d’autobus quotidiennement.

La conseillère Chantal L’Espérance espère qu’une entente est possible. « Nos fonctionnaires s’activent avec ceux de la STS pour voir ce qu’il est possible de faire. Une chose est sûre, c’est que les quais appartiennent à la STS, alors il faut le faire valoir », commente-t-elle.

À Commerce Sherbrooke, le directeur général par intérim, François Desmarais, rapporte que l’idée derrière la relocalisation de Limocar est « d’éviter de perdre les autobus au centre-ville au profit d’un terminus en bord d’autoroute. Nous espérons avoir un lieu où nous retrouvons les taxis, les autobus longue distance et le transport en commun ».

Les propriétaires du Siboire évaluent par ailleurs l’opportunité d’agrandir la microbrasserie et d’occuper les espaces que Limocar laissera vacants. Aucun projet n’est en cours d’élaboration et aucune décision n’a été prise, mais la situation les incite à considérer cette possibilité.

Le déplacement des autobus de la STS inquiète

Les inquiétudes ne fléchissent pas devant la possibilité de voir les autobus de la Société de transport de Sherbrooke (STS) s’arrêter sur la rue King Ouest, au centre-ville, plutôt que de transiter par la station du Dépôt. Le président de la STS, Marc Denault, promet que les citoyens seront consultés avant toute action.

« On m’a parlé des inquiétudes de certains commerçants. Nous en tiendrons compte pour essayer de diminuer les impacts si nous optons pour un déménagement. Il y a quand même des consultations à faire avant d’en arriver là. Les principales inquiétudes concernent le stationnement sur rue, qui pourrait être réduit, et la présence des gaz d’échappement des autobus pour ceux qui aménagent une terrasse », rapporte la conseillère du district, Chantal L’Espérance.

« Il faut être très prudent dans nos démarches et il faudra être inclusif », fait valoir M. Denault à cet égard. « Il y a beaucoup à faire avant d’être rendu sur la rue King Ouest avec les autobus, tant à la STS qu’à la Ville de Sherbrooke, qu’à Commerce Sherbrooke. Est-ce qu’on créera un inconfort auprès de nos propriétaires pour accommoder un client? »

Marc Denault mentionne que le Centre de mobilité durable tiendra des consultations publiques pour déterminer la place que doit occuper l’autobus au centre-ville. Ces consultations se tiendront en parallèle de celles devant être organisées à propos du projet Well inc. et du Plan directeur d’aménagement et de développement du secteur Wellington Sud. « Nous sommes quand même un joueur important pour le centre-ville. Nous nous parlerons pour coordonner les consultations. »
M. Denault travaille d’ailleurs à relancer le Centre de mobilité durable.

Le directeur général par intérim de Commerce Sherbrooke, François Desmarais, rapporte qu’un seul commerçant a exprimé des inquiétudes importantes pour le moment. Il laisse Limocar et la Société de transport de Sherbrooke négocier et évaluer les différentes options devant elles. « Il n’y aura pas un déploiement sur King Ouest demain matin. Ce n’est rien de confirmé. »

En février, Marc Denault indiquait qu’il n’y avait pas de place pour un projet-pilote et que si les autobus quittaient la station du Dépôt, cette décision serait permanente.