Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Benoit Sirard, président de Tourisme Cantons-de-l’Est
Benoit Sirard, président de Tourisme Cantons-de-l’Est

L’hôtellerie espère un bel été… et du personnel!

Coralie Beaumont
Coralie Beaumont
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La tendance des réservations pour l’été est difficile à prédire pour les hôtels… Mais la pénurie de main-d’œuvre est déjà un enjeu.

« Ce qu’on entend partout c’est qu’on s’attend à ce que l’été 2021 ressemble à celui de 2020 qui a été un excellent été pour les Cantons-de-l’Est. On a énormément d’activité plein air avec les parcs nationaux, les lacs, les terrains de camping, le vélo… » pense Danie Béliveau, la responsable des relations de presse chez Tourisme Cantons-de-l’Est. 

Benoit Sirard, président de Tourisme Cantons-de-l’Est partage cette opinion. « On s’attend à un copier-coller de l’été dernier ». Il admet ne pas avoir remarqué une augmentation des réservations dans les hôtels, mais il ne s’en inquiète pas outre mesure. 

Céline Danry, directrice des opérations de l’hôtel Estrimont Suites et Spa, dit même s’attendre à un gros été. « Je pense que dès que les gens vont pouvoir sortir, ils voudront changer d’air… À moins que les frontières vers le sud rouvrent. » 

Quant à la question des remboursements, M. Sirard se dit convaincu que les hôteliers se montreront compréhensifs selon les aléas des mesures sanitaires. « Il va falloir rester flexible, tant et aussi longtemps qu’on n’a pas un retour à la normale. Les principes hôteliers ont quand même pas mal changé ces derniers mois. Ça permet au client d’annuler et c’est bien correct au niveau de la santé publique, de celle de nos clients et de nos employés. »

L’enjeu du personnel

« S’il y a quelque chose qui nous préoccupe, c’est surtout la main-d’œuvre. Dans des établissements avec un certain volume habituel. L’année passée dans les Cantons-de-l’Est, ç’a été très difficile de répondre à la demande, surtout pour les gros hébergements de 75 chambres et plus. »

« Le recrutement, c’est vraiment difficile », confirme Mme Danry qui explique que l’hôtel cherche comment recruter de nouveaux talents. « Aujourd’hui, j’ai une directrice adjointe aux opérations et une directrice des hébergements qui sont en train de faire des lits », explique-t-elle pour illustrer l’enjeu.

Les cuisiniers sont également une ressource difficile à trouver. Mme Danry explique que son cuisinier doit faire des doubles quarts. « Il y a eu un exode, les gens se sont recyclés dans autre chose et ce n’est pas garanti d’un retour dans notre industrie pour cette main-d’œuvre-là », craint M. Sirard,

M. Sirard espère donc que les saisonniers et les étudiants seront au rendez-vous cette année. « C’est sûr qu’il va y avoir du travail pendant un bon deux à quatre mois, sinon plus! »