Jacques Rougeau et les bénévoles se sont bien amusés.

L’ex-lutteur Jacques Rougeau et les gens de Fleurimont donnent généreusement

Le sourire collé au visage, l’ex-lutteur Jacques Rougeau n’en revenait pas encore de la générosité des Fleurimontois. C’est qu’en trois heures, les 85 bénévoles de l’équipe de Jean-Charles Doyon ont amassé l’équivalent de 36 000 $ en denrées et 4000 $ en argent, qui ont été remis à la Fondation Rock-Guertin.

Pour la première fois, la légende de la lutte participait à la traditionnelle cueillette de denrées. 

À lire aussi: 40 familles de plus seront nourries à Noël

« J’ai connu Jean-Charles Doyon à la Classique Pif cette année. Il m’a parlé de la fondation et j’ai demandé d’y participer. J’ai vécu quelque chose de magique. On se promenait, et deux maisons sur quatre donnaient de la nourriture ou de l’argent. On m’a donné un petit trajet à faire et rendu à la moitié, mon véhicule était plein », a commenté M. Rougeau, qui présentera une conférence humoristique au Théâtre Granada le 18 décembre.

De plus, beaucoup de citoyens ont reconnu le gentil géant, qui s’est toujours montré très sympathique. « Ce qui m’a flatté, c’est qu’à toutes les fois que j’arrivais à une maison, les gens me regardaient et me demandaient où ils m’avaient vu. Ce qui a été très drôle, c’est que j’étais censé faire mon trajet en deux heures. J’en ai seulement fait la moitié en ce temps! Les gens me racontaient des anecdotes de lutte, je les ai tous écoutés! Ça a été valorisant », affirme-t-il, l’air toujours aussi heureux. 

L’entraide est une valeur importante pour M. Rougeau. « J’aime voir le regroupement des gens. On est allés à une maison où j’aurais juré qu’on serait allés porter des boîtes. Cependant, je les ai vus sortir avec la plus grosse boîte. Je me suis dit wow! Ils n’ont pas beaucoup d’argent et ils donnent autant! C’est dans ces moments qu’on voit que le monde est beau, parfois! C’est un happening ce qui se passe ici. Ce n’est pas comme ça dans toutes les villes », indique-t-il, ajoutant que l’organisation pourra compter sur lui l’an prochain.

« C’est festif » 

De son côté, Jean-Charles Doyon est heureux d’avoir battu son record. « Après 22 ans, les citoyens de Fleurimont nous connaissent. Nous sommes toujours le même groupe de bénévoles. On est émerveillés de voir qu’on bat nos records. Les gens sont généreux et ont confiance. On fait ça en trois heures. Environ 85 bénévoles viennent avec nous. C’est une belle activité de famille, de chums, pour donner au suivant. C’est festif », assure-t-il.

« C’est phénoménal », commente pour sa part Denis Fortier, le directeur général de la Fondation Rock-Guertin, parlant de la qualité et la quantité de nourriture qu’ils ont ramassé samedi en plus des sous. 

« Les 4000 $ valent en fait 12 000 $, car on fait du un pour trois avec l’argent qu’on nous donne », résume-t-il.