Melanie Noel La marieuse offre un mariage tout inclus pour une deuxieme année. Lyne Benjamin marieuse, Marilyne Gagné et Jean-Francois Pomerleau les futurs mariés.

Leur amour leur mérite un mariage toutes dépenses payées

Peu de gens savent ce qu'ils feront le 17 mars 2018. Marilyne Gagné et Jean-François Pomerleau, eux, sont au courant. Ils se diront oui pour la vie puisqu'ils sont les heureux gagnants de la deuxième édition du concours Un mariage tout inclus à donner. Le couple a appris la bonne nouvelle jeudi matin. Le récit de leur amour est celui qui, parmi les quelque 150 lettres reçues, a le plus touché l'instigatrice du projet, Lyne Benjamin.
La marieuse a d'abord annoncé la bonne nouvelle au futur marié à qui elle avait donné rendez-vous prétextant vouloir en savoir davantage sur son histoire d'amour. C'est avec le sourire collé au visage que Jean-François est ensuite allé, accompagné de la marieuse et de quelques membres des médias, surprendre sa conjointe sur son lieu de travail, au palais de justice.
« J'ai juste pas de mot. Je l'espérais tellement. On dirait que je rêve. Je t'aime », a lancé en larmes la future mariée avant de prendre son chum dans ses bras.
Elle est originaire de l'Estrie. Il vient du Centre-du-Québec. Mais c'est à Fermont qu'ils se sont rencontrés il y a presque cinq ans.
Jean-François travaillait depuis plusieurs années dans une entreprise minière lorsque Marilyne a été embauchée par le même employeur.
« Ç'a cliqué entre nous au premier regard », se souvient celle qui était allée dans le Nord pour piler de l'argent.
« J'étais nouvellement mère d'un petit garçon qui s'appelle Loïk et je voulais me refaire une santé financière », explique-t-elle.
Les mois ont passé et leur amour a grandi. « Un amour pur et simple qu'on peut qualifier de vrai coup de foudre. Cet amour, on le vit qu'une seule fois », notent les tourtereaux.
Puis Marilyne fait face à un dilemme important.
« Lorsque Loïk avait 18 mois, le médecin m'a dit que mon fils présentait un retard important du langage. Il soupçonnait autre chose aussi et il croyait que les spécialistes requis pour son développement n'étaient pas accessibles à Fermont. À la suite des conseils du médecin, j'ai décidé de revenir m'installer à Sherbrooke pour en connaître davantage sur l'état de santé de mon fils. C'était un choix déchirant, car je devais choisir entre la santé de mon enfant et mon grand Amour. Mais pour moi, c'était évident que mon fils devait passer avant tout », relate Marilyne.
« C'est à ce moment-là que j'ai décidé de tout abandonner pour la suivre à Sherbrooke où je ne connaissais personne », raconte celui qui a quitté la ville où il vivait depuis huit ans et qui a dû se réorienter professionnellement pour vivre auprès de Marilyne et son fils.
« Quand il m'a annoncé qu'il me suivrait n'importe où, j'ai su en dedans de moi que c'était vraiment la bonne personne que je venais de trouver », enchaîne la future mariée.
À Sherbrooke, Loïk reçoit son diagnostic. « Mon fils a un trouble du spectre de l'autisme. Quand je l'ai su, ce fut un autre coup dur pour moi, car trois ans auparavant, à l'âge de 21 ans, j'avais reçu un diagnostic d'une maladie dégénérative, la sclérose en plaques. Je croyais ma vie terminée. Jean-François est arrivé dans ma vie comme un cadeau du ciel. Il m'a accompagné durant ces grosses épreuves. Il est non seulement mon grand Amour, il est aussi mon âme soeur. On se complète à tous les niveaux. Au travers le temps, nous avons su adapter nos vies aux diagnostics », a écrit Marilyne dans la lettre envoyée au concours organisé avec la collaboration de Rythme FM.
Famille
Aujourd'hui, Marilyne et Jean-François sont parents d'une fillette de deux ans, Ann-Sophie, et la famille pourrait encore s'agrandir.
« Je suis une personne qui mord dans la vie, qui avance et qui apprécie chaque moment, car je ne connais pas l'avenir. Je veux vivre pleinement ma vie », note Marilyne.
Et ce qu'elle vivra le 17 mars 2018, c'est son mariage en présence de 100 invités. D'une valeur de plus de 13 000 $, le mariage inclut la salle de réception, le traiteur, les vêtements des mariés et des filles et des garçons d'honneur, le photographe, les bagues, les fleurs, le gâteau, les feux d'artifice et encore plus. 
« Le fait que Jean-François ait suivi Marilyne, même s'il n'était pas le père biologique de Loïk et que celui-ci avait un certain retard, m'a beaucoup émue. C'est un amour vrai, tu peux pas avoir mieux comme histoire », a souligné la marieuse Lyne Benjamin pour expliquer le choix des gagnants.
« Je l'ai trouvé, mon homme, l'amour de ma vie », conclut Marilyne.