Mathieu Grégoire se bat courageusement contre une leucémie très agressive, mais garde un bon moral. Pour mille raison, il veut vivre. Une d'entre elle : sa fillette de 5 ans, Maya.

Leucémie très agressive: Mathieu Grégoire réagit bien aux traitements

Mathieu Grégoire a enfin trouvé un traitement qui donne des résultats positifs dans son combat contre sa leucémie lymphoblastique aiguë réfractaire. Après l'échec de la chimiothérapie et d'un premier traitement expérimental, un autre traitement expérimental, l'Inotuzumab, semble être efficace.
« Jusqu'à maintenant, on a d'excellents résultats. La majeure partie des mauvaises cellules a été évacuée. Mes globules blancs ont vraiment diminué et je n'ai plus aucun blaste dans mon sang, alors c'est bon signe. C'est certain que mon corps a été affaibli par les traitements précédents. Là, on doit s'assurer que le cancer est disparu de ma moelle épinière et attendre que cette dernière recommence à faire son travail. J'aurai une biopsie bientôt pour savoir si c'est le cas », a expliqué le Thetfordois de 29 ans en entrevue téléphonique avec La Tribune de sa chambre à l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, à Québec.
Si tout continue ainsi, l'Inotuzumab permettra à Mathieu d'être en rémission. Une rémission de courte durée, mais qui lui permettra d'avoir la force physique de recevoir le traitement CAR T-cell aux États-Unis ou une greffe de cellules souches au Canada, ses deux seules chances de survie.
« En ce moment, deux donneurs potentiels ont été identifiés dans la banque internationale qui en compte 25 millions. Lorsque mes tests confirmeront que je suis en rémission, dans un peu plus d'un mois, les tests de compatibilité plus poussés seront effectués et on pourra envisager de faire une greffe de cellules souches », note Mathieu qui n'a pas de donneurs compatibles dans son entourage.
Une telle greffe comporte des risques, de rejet notamment, et implique que Mathieu prenne des médicaments antirejets pour le reste de ses jours. Cette option offre un taux de rémission d'environ 50 pour cent. Sinon, le traitement CAR T-cell, offert uniquement aux États-Unis, offre de meilleures chances de succès, avec un taux de rémission de 90 pour cent, mais nécessite une somme exorbitante de 800 000 $.
Pour soutenir Mathieu, sa communauté s'est mobilisée pour amasser des fonds. Vente de plants de tomate, de chocolat de Pâques, de bracelets et spectacle rock au profit du jeune père de famille, qui a reçu son premier diagnostic de cancer en 2014.
« C'est juste incroyable. J'en reviens pas à quel point les gens sont là. Ça me touche beaucoup », souligne le jeune homme hospitalisé depuis le 31 janvier.
« Je suis confiné à ma chambre et à 15 mètres de corridor, car mon système n'offre aucune protection. Un microbe peut être fatal dans mon cas », précise Mathieu, qui garde le moral, malgré tout.
À ce jour, plus de 86 000 $ ont été amassés. Pour venir en aide à Mathieu : https://www.youcaring.com/mathieugregoire-760127.