Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

L’étau se resserre sur la région du Granit

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’étau se resserre sur la région du Granit qui pourrait faire face à un resserrement des mesures sanitaires très rapidement.

Lundi, 47 cas confirmés de COVID-19 se sont ajoutés en Estrie, dont près de la moitié (21 cas) dans le réseau local de services (RLS) du Granit et 12 à Sherbrooke.

La région du Granit compte présentement 159 cas actifs (des personnes toujours infectées) de COVID-19 sur un vaste territoire comptant 22 000 habitants.

Le premier ministre François Legault tiendra un point de presse concernant la COVID-19 mardi à 13 h. Il pourrait y annoncer que le réseau local de services du Granit passera en zone rouge ou même en zone noire.

Au prorata de sa population, c’est actuellement le RLS du Granit qui, au Québec, compte le plus de personnes infectées avec un taux de 746,1 cas actifs par 100 000 habitants.

C’est plus encore que le RLS voisin de la Beauce (dans la région de Chaudière-Appalaches), considéré depuis plusieurs semaines comme l’épicentre de la pandémie au Québec. La région est placé au palier d’alerte des « mesures spéciales d’urgence » (communément appelé « zone noire ») depuis le 5 avril. Le RLS de la Beauce compte aujourd’hui 531 cas actifs par 100 000 habitants.

Durant la deuxième vague de la pandémie, le gouvernement ne souhaitait pas diviser les régions sociosanitaires en sous-régions sur les paliers d’alerte. Durant la troisième vague, il y a eu cependant de nombreux précédents, comme c’est le cas actuellement dans le RLS de Beauce qui fait face à des mesures plus sévères que le reste de la région sociosanitaire de Chaudières-Appalaches. Par exemple, toutes les écoles primaires et secondaires de la Beauce sont actuellement fermées, alors que les écoles primaires sont rouvertes ailleurs dans la grande région sociosanitaire de Chaudières-Appalaches.

Deuxième agrégat au Granit

C’est la deuxième fois depuis le début de la pandémie que la Santé publique de l’Estrie déclare qu’il y a un agrégat dans la région de Lac-Mégantic. Un agrégat est un regroupement inhabituel de cas d’une même maladie dans une population, pour une zone géographique et une période de temps donnée. À ce jour, cet agrégat a touché 226 citoyens. 

Le premier agrégat, dans la deuxième vague, avait touché les municipalités de Lac-Mégantic et de Frontenac (excluant les cas qui résident en milieu d’hébergement) et avait touché 173 citoyens. Il avait commencé vers la mi-octobre et s’était terminé durant la période des Fêtes.

La deuxième vague avait toutefois fait de nombreuses victimes dans les résidences privées pour aînés de la région, ainsi que dans le CHSLD situé au cœur de l’Hôpital de Lac-Mégantic.

Le nombre élevé de cas et de retraits préventifs cause la fermeture de l’école secondaire Montignac jusqu’au 7 mai

Mais ce n’est pas le seul milieu à faire face à des éclosions.

Il y a en effet deux éclosions en milieu de soins, l’une au Centre de santé et de services sociaux du Granit et l’autre à la Résidence privée pour aînés Plein Soleil.

Il y en aussi dans les écoles Notre-Dame-de-Fatima, au Centre de formation professionnelle du Granit, ainsi que dans trois restaurants (Resto les p’tits délices, l’Entre-Gens et un autre restaurant dont l’identité n’est pas dévoilée.

En plus de deux éclosions en milieu de travail sans services à la clientèle, on retrouve aussi une éclosion dans un organisme communautaire et dans un lieu de culte.


Zone rouge ou noire?

L’Estrie se trouve actuellement en zone orange. Que se passerait-il si la région du Granit basculait en zone rouge, ou même toute l’Estrie?

Plusieurs mesures se ressemblent entre les restrictions en zone rouge et en zone orange. Voici une liste des principales mesures qui sont plus sévères en zone rouge.

Soulignons d’abord que le couvre-feu reste en vigueur de 21 h 30 à 5 h dans les deux zones.

Toutefois, en zone rouge, les salles à manger des restaurants doivent fermer.

Les gyms [salles d’entraînement] doivent fermer.

Dans les milieux scolaires, voici les principales différences. Au primaire, en zone orange, les activités parascolaires, avant ou après les cours et pendant l’heure du dîner, devront être réalisées en groupe-classe stable uniquement. En zone rouge, les activités parascolaires sont interdites.

En zone rouge au secondaire, les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire doivent être présents en classe un jour sur deux. Les activités parascolaires sont interdites alors qu’elles sont possibles en zone orange.

Et la zone noire? 

De nouvelles mesures s’ajoutent dans les régions qui passent en zone noire, en plus de toutes celles liées à la zone rouge. Le couvre-feu est ramené à 20 h.

Les activités sportives, culturelles et récréatives intérieures sont interdites.

Seuls les commerces essentiels sont ouverts.

Ailleurs en Estrie

La moyenne mobile des nouveaux cas par jour augmente légèrement en Estrie, passant à 49 nouveaux cas confirmés par jour.

Ce sont présentement les RLS de la Haute-Yamaska et de la Pommeraie qui affichent les plus bas taux de personnes infectées au prorata de la population.

Avec 144 personnes infectées sur un territoire comptant 163 000 personnes, la ville de Sherbrooke affiche un taux de personnes infectées de 83,9 personnes par 100 000 habitants.

Le variant britannique continue de frayer son chemin en Estrie, alors que 93,2 % des tests positifs au cours des sept derniers jours ont été classés comme des variants présomptifs par le processus de criblage.

Le processus de séquençage, long et très complexe, a permis de confirmer sept cas du variant britannique au cours des dernières 24 heures, portant le total à 81 variants confirmés de la Grande-Bretagne depuis le début de la pandémie, en plus d’un variant émergeant du Brésil.

Vaccination

La vaccination se poursuit en Estrie. Dimanche en fin de journée, 35,9 % des presque 500 000 Estriens avaient reçu une première dose d’un des vaccins contre la COVID-19, soit 181 447 personnes.

Cette semaine, la prise de rendez-vous pour la vaccination contre la COVID-19 est disponible pour de nouvelles tranches d’âge. Depuis lundi matin, les personnes âgées de 45 ans et plus peuvent prendre rendez-vous.

Dans les prochains jours, d’autres plages horaires s’ajouteront. Le 5 mai, ce sera le tour des personnes des 40 ans et plus, alors que le 7 mai, ce sera les 35 ans et plus.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS tient à préciser qu’il s’est efforcé d’offrir plusieurs plages horaires de rendez-vous les soirs et la fin de semaine étant donné que de nombreux Estriens travaillent dans la journée et que c’est plus difficile pour eux de se déplacer.

Soulignons en terminant que la vaccination débutera mercredi par le biais de l’entreprise BRP à Valcourt. L’entreprise recevra 300 doses pour la première semaine, qui seront distribuées aux personnes qui auront pris rendez-vous par le biais de clicsante.ca selon l’ordre des groupes prioritaires.