Les attraits touristiques de la région ont été particulièrement visités lors du long congé de l’Action de grâce.
Les attraits touristiques de la région ont été particulièrement visités lors du long congé de l’Action de grâce.

L’Estrie victime de son charme

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
La Santé publique stipule que « les personnes qui habitent dans une région ou un territoire en palier d’alerte maximale (zone rouge) doivent éviter de se déplacer vers d’autres zones, sauf pour les déplacements essentiels ». Mais qu’en est-il réellement?

Plusieurs Estriens se sont plaints de visites superflues ces dernières semaines, notamment lors du long congé de l’Action de grâce. Ils ont signalé, entre autres, la présence d’autobus de location et de véhicules Communauto dans différents stationnements d’attraits touristiques de la région.

« Des voitures avec des plaques de l’Ontario ou avec des collants de concessionnaires de Montréal à la SAQ de Magog, c’est bien des gens qui ont des chalets et qui ne sortent pas de chez eux pour faire des commissions? » s’est insurgé publiquement un citoyen sur les réseaux sociaux. 

Bien que les déplacements jugés non essentiels entre les régions ne soient pas recommandés, ceux-ci ne sont pas interdits. Plusieurs barrages routiers ont cependant été érigés par le Service de police de Sherbrooke (SPS) depuis le début du mois d’octobre afin de sensibiliser les automobilistes aux différentes mesures émises par le gouvernement pour contrer la propagation de la COVID-19.

Un tourisme essentiel pour l’économie régionale?

Dans une publication diffusée sur sa page Facebook, le député d’Orford, Gilles Bélanger, a tenu à féliciter les citoyens de sa circonscription pour leur tolérance et leur capacité d’adaptation dans un contexte plutôt insécurisant.

« Les citoyens craignent la venue des gens de Montréal, mais savent que ceux-ci nourrissent d’une certaine façon notre région en venant visiter nos espaces extérieurs et notre richesse. Je veux lever mon chapeau aux commerçants et aux citoyens qui ont suivi les règles et ont évité les endroits achalandés. Avec toute l’affluence que nous avons eu ces derniers temps, nous avons réussi à nous en sortir sans trop de dommages en restant camper en zone orange pâle », affirme le député caquiste, qui n’encourage cependant pas les déplacements entre régions.

M. Bélanger est d’avis qu’il faut faire confiance aux citoyens et aux commerçants avant d’intervenir plus sévèrement auprès des visiteurs. « Je comprends les inquiétudes et évidemment que les déplacements favorisent les risques d’éclosions, mais si on choisit de bloquer complètement les accès routiers, on va tuer l’économie! Les règles sont bien respectées dans l’ensemble et l’Estrie donne un très bel exemple jusqu’à maintenant », indique-t-il.

Le député d’Orford se dit tout de même soulagé de voir arriver la fin de la saison touristique estivale dans les Cantons-de-l’Est. « Avec le nombre à la hausse de cas déclarés positifs à la COVID-19 au Québec cette semaine, on préfère que les gens restent à la maison. La pluie automnale refroidira les ardeurs des visiteurs potentiels », espère-t-il.

À la Ville de Magog, on mentionne ne pas être « particulièrement inquiets » concernant les déplacements interrégionaux. Même son de cloche dans la municipalité du Canton d’Orford, où la mairesse, Marie Boivin, affirme adhérer aux orientations de la Santé publique. « Il n’y a pas de préoccupation particulière de notre côté », a-t-elle fait savoir.