L’Estrie a fait face lundi à une augmentation de 28 nouveaux cas de COVID-19 au cours des 24 dernières heures.
L’Estrie a fait face lundi à une augmentation de 28 nouveaux cas de COVID-19 au cours des 24 dernières heures.

L’Estrie tourne au orange

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Sherbrooke — L’Estrie passera au niveau d’alerte orange (palier 3 – Alerte, mesures en vigueur) dès le 1er octobre, a annoncé le premier ministre François Legault lundi en fin de journée. Trois régions administratives sont passées au rouge. Et le premier ministre n’exclut pas que d’autres régions puissent passer au rouge dans les prochains jours ou les prochaines semaines.

Le gouvernement Legault a envoyé un message fort aux Québécois en faisant passer toutes les régions au jaune, au mieux. Il n’y a plus aucune région du Québec au palier 1 (vert).

 « Il y a sept critères pour changer de couleur, mais il y a du qualitatif dans tout ça… Un des critères, c’est l’incidence dans la population », a souligné le directeur de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Alain Poirier

L’objectif de l’Estrie est de rester sous la barre des 20 nouveaux cas par jour par un million d’habitants, ce qui signifie pour l’Estrie 10 nouveaux cas déclarés par jour pour sa population de 500 000 résidents. Dans les dix derniers jours, l’Estrie a une moyenne de 19 nouveaux cas déclarés par jour.

Au palier orange, différentes nouvelles mesures s’ajoutent : rassemblements privés regroupant au maximum six personnes ou deux familles (donc deux familles acceptées même si plus de six personnes), un maximum de 25 personnes à l’intérieur et l’extérieur (salles louées, événements festifs, mariages, célébrations professionnelles ou scolaires, BBQ, pique-niques, etc.), maximum de six personnes par table dans les restaurants, bars, brasseries et tavernes, une personne par ménage est recommandée dans les commerces, visites des proches aidants apportant une aide significative et à des fins humanitaires dans les CHSLD…

En zone orange, les lieux de culte servant notamment pour des funérailles se verront appliquer les mêmes règles que celles en vigueur dans les salles de spectacle, les théâtres et les cinémas: maximum de 250 personnes si les personnes sont assises, relativement immobiles, parlent peu ou pas, sous la supervision de personnel.

Les interventions policières sont accrues et des rapports d’infraction et des amendes pour le non-respect du port du couvre-visage seront remis.

À LIRE AUSSI :

S'isoler ou non et pour combien de temps

Le triple découpage de l'Estrie administratif, sociosanitaire et touristique

La direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS a fait le point sur la situation en Estrie lundi après-midi. On retrouve de droite à gauche (en avant-plan en premier) le Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Stéphane Tremblay, président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, ainsi que le Dr Vincent Masse, microbiologiste-infectiologue et officier en chef de prévention et contrôle des infections (PCI) au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Un cinquième décès à Lambton

L’Estrie a fait face lundi à une augmentation de 28 nouveaux cas de COVID-19 au cours des 24 dernières heures, qui s’additionnent aux 37 cas déclarés la veille. « En Estrie comme ailleurs au Québec, on observe une tendance à l’augmentation du nombre de nouveaux cas », a souligné le directeur de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Alain Poirier.

Plusieurs nouvelles éclosions sont en cours sur le territoire de la région sociosanitaire de l’Estrie, dont plusieurs dans la région de la Haute-Yamaska (Granby) où l’on en compte trois au cœur du Centre hospitalier de Granby, deux dans des résidences privées pour aînés et une dans une entreprise œuvrant dans le secteur agroalimentaire où, jusqu’ici, 33 personnes ont été déclarées positives à la COVID-19

Trois autres installations du CIUSSS de l’Estrie-CHUS sont en veille d’éclosion, c’est-à-dire qu’un membre du personnel a été testé positif à la COVID-19 dans les trois départements. Il s’agit des CHSLD d’Youville et Argyll à Sherbrooke, ainsi qu’un département de l’Hôpital Fleurimont.

« Dans ces situations, nous organisons un dépistage massif pour le personnel et les résidents », a expliqué le Dr Vincent Masse.

Ces veilles d’éclosions s’ajoutent à celles qui sont en cours au Centre de confinement de Sherbrooke (moins de cinq employés touchés) et au CHSLD de Lambton.

Visite externe au CHSLD de Lambton

Un cinquième résident du CHSLD de Lambton est décédé des complications de la COVID-19 au cours de la fin de semaine. Le bilan ne cesse de s’alourdir dans ce CHSLD de la région du Granit, où on compte maintenant 22 des 29 résidents touchés par la maladie ainsi que 21 employés.

« Le constat, c’est que quand la COVID rentre dans un milieu de vie comme un CHSLD, elle fait des ravages », soutient le Dr Vincent Masse, microbiologiste-infectiologue et officier en chef de prévention et contrôle des infections au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Une équipe d’experts de l’Institut de cardiologie de Montréal est venue faire une visite au CHSLD de Lambton du 24 au 25 septembre, sur les trois quarts de travail, à la demande du président-directeur général du CIUSSS de l’EStrie-CHUS. « Je souhaitais que nous ayons une expertise externe », a précisé le PDG Stéphane Tremblay.

« Nous avons reçu le rapport ce matin (NDLR : lundi). Nous sommes en train de l’étudier. Selon le rapport, les constats sont les mêmes que nous. Il y a certains points qui sont soulevés, mais qui étaient déjà dans notre collimateur. Rien de soulevé dans le rapport n’était dans un angle mort jusqu’à présent », ajoute le Dr Vincent Masse.

« L’équipe en place au CHSLD Lambton est compétente, près des résidents et fait preuve d’une grande réceptivité et d’entraide. Aucune faute majeure n’a été signalée, toutefois la visite a permis de formuler des recommandations très spécifiques aux contraintes liées à la vétusté de cette installation et aux pratiques dans ce milieu. Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS est déjà à l’œuvre pour mettre en place les recommandations formulées suite à cette visite », a indiqué à La Tribune par courriel une porte-parole une porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Le Dr Masse a tenu à remercier une nouvelle fois l’ensemble du personnel du CHSLD de Lambton, durement mis à l’épreuve dans cette éclosion qui a coûté la vie jusqu’ici à 17 % de leurs résidents. De nombreux employés ont aussi été malades, confinés à la maison.

« Ç’a été une période très difficile pour les employés, pas seulement dans leur milieu de travail, mais aussi dans la communauté, alors on veut les remercier sincèrement pour leur engagement », a spécifié le Dr Masse.

Une amélioration dans le secteur scolaire

La situation est en train de revenir à la normale dans plusieurs écoles de la région alors que la période d’isolement est terminée dans de nombreuses classes.

À Sherbrooke, les écoles primaires Beaulieu et Notre-Dame-de-Liesse demeurent sur la liste des écoles ayant toujours « un cas rapporté avec diagnostic depuis 14 jours », tout comme les écoles secondaires Mitchell-Montcalm et du Phare, ainsi que le Centre 24-Juin (charpenterie-menuiserie) et l’école Le Goéland.

Une classe de l’école primaire des Deux-Soleils de Magog demeure également sous surveillance, tout comme le Centre de formation professionnelle du Granit, qui s’est ajouté lundi à la liste dévoilée quotidiennement par le gouvernement du Québec des établissements scolaires.

Certaines classes des écoles privées La Source, l’École secondaire de Bromptonville, l’École Vision, Le Salésien et le Séminaire de Sherbrooke demeurent sous surveillance. C’est aussi le cas au Cégep de Sherbrooke et au Collège régional Champlain.