Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

L’Estrie franchit la barre des 100 décès

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Bonne nouvelle : le nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 demeure sous la barre des 100 pour une deuxième journée consécutive. Ce sont 87 cas qui se sont ajoutés mardi au bilan estrien. Toutefois, cinq aînés ont perdu la vie à cause des complications liées à la COVID-19. L’Estrie franchit donc la barre symbolique des 100 décès liés à la COVID-19.

Le nombre d’hospitalisations continue également d’augmenter. On retrouvait mardi 38 personnes hospitalisées, dont deux aux soins intensifs. Il s’agit du record en termes d’hospitalisations au sein des installations du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Le bilan de l’Estrie est donc maintenant de 6205 cas confirmés depuis le début de la pandémie, de 102 décès et de 5070 personnes considérées comme rétablies. Il y a donc à ce jour 1033 cas toujours actifs de COVID-19 dans la grande région sociosanitaire de l’Estrie, dont près de la moitié à Sherbrooke.

Comme tous les jours depuis le 27 novembre, Sherbrooke est la ville la plus touchée par le nombre de nouveaux cas confirmés avec l’ajout de 40 personnes. Suit le réseau local de services (RLS) de la Haute-Yamaska avec 15 nouveaux cas, et le RLS de Coaticook avec 9.

La situation continue de se compliquer dans les installations du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. De nouvelles éclosions ont été rendues publiques au site non traditionnel (SNT) de la rue Bowen, où logent actuellement une soixantaine de personnes âgées en attente de relocalisation.

Il s’agit donc d’un milieu où le personnel est extrêmement vulnérable, exactement comme dans les CHSLD. Moins de 5 résidents et employés sont infectés pour le moment.

Trois veilles d’éclosions se sont aussi ajoutées à l’Hôpital de Granby ainsi que dans un cinquième et sixième secteur de l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke.

Il y a présentement 12 éclosions dans différentes installations du CIUSSS de l’Estrie-CHUS (CHSLD ou hôpitaux) ainsi que 10 éclosions dans les résidences privées (RPA) pour aînés.

18 décès au CHSLD Villa-Bonheur

Trois personnes décédées habitaient au CHSLD Villa-Bonheur de Granby, une au CHSLD de Coaticook, et la dernière à la Résidence Haut-Bois de Sherbrooke.

Le bilan continue donc de s’alourdir jour après jour au CHSLD Villa-Bonheur aux prises avec une éclosion d’une très grande ampleur.

Jusqu’ici, sur la centaine de résidents, 18 sont décédés des complications de la COVID-19. Il y a 86 résidents infectés, ainsi que 83 employés de ce CHSLD de Granby.

Selon nos informations, il y aurait en réalité 22 résidents décédés jusqu’ici.

Où sont les cas les cas actifs?

La région sociosanitaire de l’Estrie est très grande. Le territoire de desserte du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, qui couvre près de 13 000 km2, s’étend de Lac-Mégantic à Ange-Gardien et compte neuf réseaux locaux de service (RLS).

Il peut donc être difficile, parfois, de savoir si les cas actifs se trouvent près ou loin de chez soi.

Au prorata de leur population, c’est dans le RLS de Coaticook que l’on retrouve le plus grand nombre de cas actifs en ce moment, suivis par les RLS de Sherbrooke et de la Haute-Yamaska (presque nez à nez), puis dans le RSL du Granit.

Voici les données du 15 décembre 2020 par RLS :

  • Sherbrooke : 507 cas actifs
  • Haute-Yamaska : 321 cas actifs
  • Coaticook : 89 cas actifs
  • Granit : 61 cas actifs
  • La Pommeraie : 50 cas actifs
  • Memphrémagog : 28 cas actifs
  • Val-Saint-François : 27 cas actifs

Consultations médicales en temps de pandémie

Il est toujours possible de consulter un médecin, quel que soit votre besoin médical, malgré la pandémie, tient-on à rappeler du côté du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« Selon la situation, il est possible que les services urgents soient priorisés. En cette période de contexte sanitaire exceptionnel, les équipes cliniques peuvent proposer des services à une date ultérieure ou auprès d’autres professionnels du réseau de la santé et des services sociaux », mentionne-t-on du côté du service des communications.

« Par exemple, lorsque le besoin clinique le permet, votre consultation pourrait se faire à distance. La téléconsultation est une façon efficace et sécuritaire d’obtenir une consultation médicale en période de pandémie », ajoute-t-on.

Les personnes qui ont un médecin de famille doivent communiquer avec lui ou avec sa clinique médicale, qui dirigera le patient vers la bonne ressource après une évaluation du besoin et de la condition.

Toute personne qui n’a pas de médecin de famille peut composer le 1 877 644-4545 pour être dirigée vers la bonne ressource.

En tout temps, il est possible de communiquer avec le 811 pour obtenir des conseils cliniques auprès d’une infirmière (Info-Santé) ou pour des besoins sociaux (Info-Social).