L’Estrie entame novembre au palier d’alerte orange

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Sherbrooke – L’Estrie entame sa sixième semaine au palier orange. Si la région a déjà été « dans le orange pâle », plus près du jaune, là elle se trouve franchement dans l’orange. « Mais nous sommes loin du rouge, et c’est au rouge que nous ne voulons surtout pas aller », a expliqué lundi après-midi le directeur de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Alain Poirier.

La moyenne mobile des sept derniers jours en Estrie est de 34 nouveaux cas par jour.

« Chaque fois que nous dépassons les 30 cas par jour, nous sommes dans l’orange », rappelle le Dr Poirier.

Mais le nombre de cas n’est pas le seul critère pour décider. Il y a aussi le nombre d’éclosions et le contrôle de la Santé publique sur celles-ci.

« Nous nous maintenons à une quarantaine d’éclosions et à un agrégat, celui de la région de Mégantic. Les éclosions ne sont pas très grosses et nous sentons que nous avons le contrôle », mentionne le Dr Poirier.

Il y a aussi la capacité du système hospitalier à accueillir de nouveaux malades. De ce côté-là, ça va bien en Estrie, même s’il n’y a jamais eu autant de patients hospitalisés en même temps à cause de la COVID-19 dans la région. Dix-sept personnes atteintes de la COVID-19 étaient hospitalisés lundi, dont cinq se trouvent aux soins intensifs.

« Deux de ces patients proviennent d’une autre région, parce que nous avons ici la capacité de recevoir davantage de patients », indique-t-il.

Rappelons que, dans la première vague, le ministère de la Santé et des Services sociaux avait créé une gestion centralisée des lits de soins intensifs afin que les hôpitaux moins affectés puissent venir en renfort aux hôpitaux débordés.

Durant la première vague, 70 personnes ont été hospitalisées de façon cumulative en Estrie. Depuis le début de la seconde vague à la fin août, 108 personnes supplémentaires ont dû être hospitalisées pour recevoir des soins. 

De ces personnes gravement malades, huit ont succombé aux complications liées au nouveau coronavirus en Estrie depuis le 24 octobre. Le nombre de décès cumulatifs est cependant demeuré stable à 42 lors du bilan présenté lundi par la Santé publique de l’Estrie.

« Ce n’est pas anormal de voir une augmentation des décès. Il y a toujours un délai entre la maladie, les complications de la maladie, les hospitalisations et le décès. C’est l’occasion de rappeler la virulence de ce que j’allais appeler le maudit virus, la COVID, face aux personnes les plus vulnérables », rappelle le Dr Poirier.

Avec tous ces indicateurs, l’Estrie reste donc en zone orange où il y a beaucoup moins de contraintes qu’en zone rouge.

« Ça va bien. Continuons comme ça, tout le monde, on va maintenir la situation stable jusqu’à ce qu’on ait un vaccin. C’est ça notre espoir », tempère le Dr Poirier.

Dans le bilan de lundi, on a aussi ajouté 42 nouveaux cas confirmés de COVID-19 pour la région de l’Estrie. Le total est maintenant de 2775 Estriens atteints depuis le début de la pandémie, dont 42 sont décédés et 2377 considérés comme rétablis. Il reste donc 356 cas actifs au sein de la grande région de l’Estrie.

La MRC des Sources touchée à son tour

Après la région du Granit qui est touchée par un agrégat depuis quelques semaines (72 personnes touchées en date de vendredi, en plus de toutes les personnes dans des milieux d’hébergement), la région des Sources est aussi touchée durement par la seconde vague de la pandémie.

Au moins trois éclosions importantes dans des entreprises de la MRC ont causé plus d’une trentaine de cas positifs.

Il y a à ce jour 39 cas positifs dans cette MRC de 14 500 personnes.

Lundi, au moins un cas positif a été déclaré à la résidence privée pour aînés (RPA) Manoir Jeffrey d’Asbestos. Les visites sont interdites à la résidence jusqu’à nouvel ordre.

La séance ordinaire du conseil municipal d’Asbestos de ce lundi 2 novembre a eu lieu à huis clos par vidéoconférence puisque, par mesure préventive, un membre du conseil doit être en isolement.

Les cas actifs en Estrie

Voici le nombre de cas actifs par 100 000 habitants dans les RLS de l’Estrie. L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) choisit de faire un calcul uniforme par 100 000 habitants, même si une MRC comme celle des Sources ne compte que 23 000 habitants. Avec un calcul uniforme pour chacune des MRC de la région, il devient possible beaucoup plus facilement de comparer la situation de chacune des différentes MRC, peu importe sa population :

Granit : 355,96 (cas actifs par 100 000 habitants)

Des Sources : 231,47

Haute-Yamaska : 104,85

Haut-Saint-François : 61,54

Pommeraie : 55,23

Val-Saint-François : 44,46

Sherbrooke : 38,81

Memphrémagog : 9,52

Coaticook : 0