La Santé publique de l’Estrie a lancé un appel cette semaine à toutes les personnes qui ont fréquenté le Club Aramis d’Asbestos entre le 22 et le 31 octobre inclusivement de se faire dépister pour la COVID-19.
La Santé publique de l’Estrie a lancé un appel cette semaine à toutes les personnes qui ont fréquenté le Club Aramis d’Asbestos entre le 22 et le 31 octobre inclusivement de se faire dépister pour la COVID-19.

L'Estrie demeure en zone orange malgré des records fracassés

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
BILAN DE LA SEMAINE / La région de l’Estrie a battu plusieurs de ses records de la pandémie cette semaine : 287 nouveaux cas confirmés de COVID-19 au cours des sept derniers jours (précédent record de 227), la plus forte augmentation quotidienne de l’histoire de la pandémie en Estrie avec 65 nouveaux cas jeudi, le plus grand nombre de personnes hospitalisées en même temps (jusqu’à 18 au milieu de la semaine), 46 éclosions actives, ainsi que trois des neuf réseaux locaux de services (RLS) aux prises avec d’importants taux de cas actifs dans leur population (RLS du Granit, des Sources et de la Haute-Yamaska)…

La semaine dernière, la région était encore au palier d’alerte « orange pâle ». Elle est maintenant franchement dans l’orange. « Nous ne sommes pas en zone rouge. Il nous faudrait plusieurs journées dans le rouge avant d’y faire passer la région », rassure le Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique de l’Estrie.

Les éclosions en milieu scolaire, en milieu de garde et en milieu de travail ne l’inquiètent pas pour le moment, même si elles sont nombreuses en milieu de travail. « Elles sont plutôt petites, nous sommes capables de travailler avec les milieux et de les contrôler », ajoute-t-il.

Là où le médecin spécialiste en santé publique a plus d’inquiétudes, c’est concernant les éclosions dans les résidences privées pour aînés et les CHSLD. Quand le coronavirus rentre dans ces milieux, il atteint des gens vulnérables, dont la santé est fragilisée. Et c’est là que les décès surviennent.

« En zone orange, il n’y a pas de restrictions sur le nombre de visiteurs dans les RPA. En zone rouge, c’est zéro visiteur. Nous, ce qu’on a demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux, c’est d’avoir un entre-deux. On ne veut pas que ce soit zéro, c’est une situation triste. Mais il faut penser à réduire le nombre de visiteurs dans les RPA pour limiter le nombre d’occasions au virus d’entrer dans ces milieux », indique le Dr Poirier.

La MRC des Sources fait face à plusieurs éclosions en ce moment.

La MRC des Sources frappée durement

La MRC des Sources fait face à plusieurs éclosions en ce moment. Plus tôt cette semaine, la Santé publique de l’Estrie a lancé un appel à toutes les personnes qui ont fréquenté le Club Aramis d’Asbestos entre le 22 et le 31 octobre inclusivement de se faire dépister pour la COVID-19.

« De là, nous avons trouvé que d’autres éclosions sont venues de personnes ayant fréquenté le Club Aramis », soutient le Dr Poirier.

Jeudi, une éclosion s’est ajoutée dans une salle de quilles de la même ville. Une éclosion touche aussi l’aréna Connie Dion et Hockey Asbestos. Il y en a plusieurs aussi dans des milieux de travail.

Et sans doute le plus important : une éclosion à l’Hôpital, CLSC et centre d’hébergement d’Asbestos ainsi qu’à la résidence pour aînés Résidence du Manoir Jeffrey où, jusqu’ici, huit résidents et deux employés ont été infectés. Un des résidents est d’ailleurs décédé.

Alors que la COVID-19 frappe de façon importante le secteur, le point de service de dépistage d’Asbestos sera ouvert sur rendez-vous samedi et dimanche de 9 h 30 à 15 h.

La Santé publique invite donc la population à venir se faire dépister si elle a fréquenté des lieux actuellement en éclosion ou des lieux où le respect de la distanciation physique était plus difficile (par exemple une salle de quilles, aréna, lieux de loisirs, etc.).

La prise de rendez-vous doit se faire en composant le 1 855 244-1548.

Une deuxième vague de décès…

Au cours de la dernière semaine, six personnes sont décédées des complications liées à la COVID-19. Toutes ces personnes habitaient dans les CHSLD ou les résidences privées pour aînés (RPA) qui sont présentement en éclosion dans la région sociosanitaire de l’Estrie.

L’Estrie avait été relativement épargnée dans la première vague concernant le nombre de décès avec 26 personnes décédées des complications de la maladie. Dans la première vague, il n’y avait eu aucune éclosion dans les CHSLD de l’Estrie, mais quelques résidences privées pour aînés (RPA) avaient été frappées au tout début de la pandémie au Québec.

Depuis le 11 septembre, 20 Estriens supplémentaires sont décédés de la COVID-19, pour un total de 46.

En Estrie, 2 % des personnes décédées étaient âgées entre 60 et 69 ans, 24 % avaient entre 70 et 79 ans, alors que 74 % d’entre elles avaient plus de 80 ans.

Et une deuxième vague accélérée de cas

Dix-neuf semaines : c’est le temps qu’il aura fallu pour que l’Estrie atteigne la barre des 1000 Estriens atteints de la COVID-19 au début de la pandémie.

Le nombre de cas positifs a augmenté plus rapidement après le déconfinement presque complet de l’Estrie et le cap symbolique des 2000 personnes touchées par la COVID-19 a été atteint en dix semaines.

Il n’aura fallu que quatre semaines supplémentaires pour que l’Estrie franchisse une nouvelle marque symbolique, celle des 3000 personnes infectées. En effet, en date de vendredi, 2953 ont été testées positives à la COVID-19 en Estrie.

Toutefois, outre les 46 personnes qui sont décédées de la maladie, la Santé publique de l’Estrie considère 2494 personnes comme rétablies. Il reste donc 413 actifs dans la région, dont 126 en Haute-Yamaska, 97 à Sherbrooke, 90 dans la MRC du Granit, 66 dans la MRC des Sources, le RLS de la Pommeraie 27, ainsi que 23 et 20 dans les MRC du Val-Saint-François et du Haut-Saint-François. Les MRC de Memphrémagog et de Coaticook se démarquent avec respectivement trois et six cas actifs uniquement.

Les MRC du Granit et des Sources sont cependant les plus durement touchées au prorata de leurs populations respectives.