La Tribune
Engagée en première ligne pour accueillir les femmes victimes de violence conjugale, la maison l’Escale de l’Estrie déplore devoir faire de la reddition de compte pour des sommes promises qui n’ont pas encore été versées.
Engagée en première ligne pour accueillir les femmes victimes de violence conjugale, la maison l’Escale de l’Estrie déplore devoir faire de la reddition de compte pour des sommes promises qui n’ont pas encore été versées.

L’Escale doit rendre des comptes sans avoir touché l’argent

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Engagée en première ligne pour accueillir les femmes victimes de violence conjugale, la maison l’Escale de l’Estrie déplore devoir faire de la reddition de compte pour des sommes promises qui n’ont pas encore été versées.