Véronique Vigneault

Les votes pour Vigneault seront carboneutres

Les électeurs qui voteront pour le Parti québécois dans Richmond le feront de façon carboneutre. La candidate Véronique Vigneault a annoncé vendredi qu’elle s’engageait, avec l’exécutif du PQ dans ce comté, à compenser les déplacements de ses électeurs.

La distance moyenne parcourue pour aller voter dans la circonscription servira d’étalon de mesure pour calculer le kilométrage à compenser. Seuls les électeurs ayant voté pour le PQ verront leur déplacement être compensé, et ce, peu importe le résultat final de l’élection.

« Tout au long de ma campagne électorale, j’ai eu un souci particulier pour l’environnement. C’est un enjeu que l’on ne peut passer sous silence, autant dans une région comme la nôtre, avec ses trésors de la nature, son agriculture, ses magnifiques cours d’eau, que dans la société en général, pour notre avenir, pour celui de nos enfants. Pour celles et ceux qui me connaissent, vous le savez, je suis une personne toujours en mode solution, à la recherche d’actions concrètes pour faire avancer les choses », a mentionné celle qui mène une campagne carboneutre depuis le début de l’été.

L’organisme auquel elle fera appel pour compenser les émissions des électeurs n’a pas encore été déterminé pour le moment. Il pourrait s’agir de l’entreprise sherbrookoise Écotierra ou d’une autre organisation du genre. « Certaines plantent [des arbres] ici, et d’autres dans d’autres pays. On va prendre le temps de voir ce qui est le plus adéquat », a-t-elle mentionné.

« J’ai fait de multiples rencontres avec des organismes en environnement dans ma vie professionnelle et lors de la présente campagne électorale et j’ai réalisé qu’être carboneutre, c’est possible et beaucoup plus simple qu’il n’y paraît. J’invite donc tout le monde à se renseigner sur les façons individuelles à leur portée de lutter contre les GES au quotidien. Ma campagne est carboneutre, j’en avais déjà fait l’annonce; et avec mon engagement aujourd’hui, nous avons maintenant dans Richmond la possibilité d’avoir l’élection la plus écoresponsable de l’histoire du Québec », ajoute-t-elle.

Mme Vigneault espère que d’autres candidats à travers la province auront envie de lui emboîter le pas et de compenser les déplacements de leurs électeurs.

Godbout fière de sa campagne de terrain

À deux jours du scrutin, la candidate libérale dans Richmond Annie Godbout dresse le bilan de sa campagne, dans laquelle elle juge avoir passé beaucoup de temps sur le terrain.

Mme Godbout retient particulièrement toutes les interactions avec les citoyens rencontrés. Tous ses engagements visent à bonifier et maintenir la qualité de vie des citoyens de Richmond.

Parmi ses priorités, la candidate libérale compte l’accès aux services de santé de première ligne, le développement des enfants de 0-8 ans et l’accès internet haute vitesse pour tous les foyers.

Mme Godbout s’engage aussi a encourager fortement le plan d’attractivité régionale de Tourisme Cantons-de-l’Est, qui vise la rétention des jeunes familles en région.

« Je suis une fille de Windsor. Le comté de Richmond me ressemble. Partout où je suis passée au cours des dernières semaines, j’ai renoué avec des gens que je n’avais pas vus depuis longtemps. Je m’engage à être une voix forte pour mes concitoyens. Je suis une femme de terrain, une femme d’action », déclare-t-elle par voix de communiqué. Judith Desmeules

Annie Godbout estime que tous ses engagements visent à bonifier et maintenir la qualité de vie des citoyens de Richmond.

Lalumière-Ting déçue de la place des femmes

Il a somme toute été peu question de la condition féminine durant la campagne électorale, au Québec, et la candidate de Québec solidaire (QS) dans la circonscription d’Orford, Annabelle Lalumière-Ting, s’en désole.

« Sincèrement, je trouve décevant que seul Québec solidaire ait abordé les conditions des femmes de manière intersectionnelle, lance Mme Lalumière-Ting. Notre parti a le souci d’inclure tout le monde dans ses propositions et d’élaborer des solutions à des problématiques précises, tel que le manque flagrant de logements sociaux, qui affecte bien sûr directement les femmes. »

La candidate de QS dans Orford croyait qu’il serait davantage question de la condition féminine durant la campagne électorale, compte tenu des vagues provoquées pour le mouvement #MoiAussi. « On aurait pu penser que les politiciens auraient placé cet enjeu au centre de leurs revendications », dit-elle.

Annabelle Lalumière-Ting ajoute que QS souhaite l’inclusion de femmes de toute provenance au sein des instances décisionnelles et note que son parti est préoccupé par « l’augmentation du nombre de femmes vivant sous le seuil de pauvreté ». Jean-François Gagnon

La candidate de QS Annabelle Lalumière-Ting dans Orford croyait qu’il serait davantage question de la condition féminine durant la campagne électorale, compte tenu des vagues provoquées pour le mouvement #MoiAussi.