Alors que le Shawn McPherson band jouait de vieux classiques, un couple n'a pas pu s'empêcher de danser.

Les vieux classiques au Sherblues & Folk

« Encore ! », s’exclamaient les spectateurs alors que le Shawn McPherson band jouait ses dernières notes. C’était le moment pour les adeptes de vieux classiques de venir danser le swing au Sherblues & Folk alors que le jeune prodige à l’harmonica et son band ont transformé la rue Wellington en fête.

« Le blues, c’est la seule chose qu’on écoute. Surtout, le vieux blues. De nos jours, on n'en entend plus. Nous, on veut garder ça ! Plus tu swing, mieux c’est ! », affirme le guitariste Justin St-Laurent.

Inspiré par des légendes du blues telles que Sonny Boy Williamson, Little Walter ou encore Muddy Waters, Shawn McPherson band enchaînait les pièces avec rythme. Plusieurs Sherbrookois dansaient en se remémorant les années 1950.

« J’ai commencé la musique à l’âge de 12 ans avec un groupe rock. À ce moment-là, je jouais de la guitare. Plus tard, vers l’âge de 15 ans, j’ai été tenté par l’harmonica. C’est mon père qui m’a offert un harmonica. Mon grand-père en jouait ! J’étais inspiré par la musique des Colocs, mais j’ai toujours aimé le swing, le jazz et le blues. J’ai grandi en écoutant cette musique ! », raconte Shawn McPherson.

C’est après avoir joué dans plusieurs groupes hommage aux Colocs que Shawn McPherson a décidé de se consacrer au blues. Depuis, il reproduit les classiques de ses idoles dans les bars et les festivals du Québec.

 « Quand j’ai commencé à jouer de l’harmonica, je suis tout de suite allé vers le blues. Je trouvais que le blues au Québec était très rock et moi je voulais faire quelque chose d’un peu plus old school. Je me suis inspiré des vieux classiques. C’est le petit côté swing qui m’appelle. »

Présentement, le groupe a deux albums à son actif.

Qu’est-ce qui vous attend dans les prochaines années ? « Bonne question ! On aimerait sortir du Québec un peu ! »

Le groupe aura attiré l’attention de plusieurs festivaliers. Même que, alors que le chanteur tentait de quitter la scène, plusieurs se sont rués sur lui pour lui acheter un album.

« Je me promenais sur la Well, je ne connais pas leur nom, mais ils sont bons ! », avoue Francine Provencher qui se préparait à aller voir Angel Forrest.