Les ventes en gros ont augmenté à 62,4 G$ en juillet

Les ventes en gros ont augmenté de 1,5 pour cent pour s'établir à 62,4 milliards $ en juillet, après avoir diminué de 0,6 pour cent en juin, a annoncé jeudi Statistique Canada.
Les ventes ont augmenté dans cinq des sept sous-secteurs, lesquels représentaient 86 pour cent du total des ventes en gros. Le sous-secteur des matériaux et fournitures de construction et celui des produits alimentaires, des boissons et du tabac ont été les principaux facteurs à l'origine de la hausse.
Exprimées en volume, les ventes en gros ont augmenté de 2,1 pour cent.
Exprimées en dollars, les ventes du sous-secteur des matériaux et fournitures de construction ont enregistré l'augmentation la plus marquée en juillet, en hausse de 4,8 pour cent pour se chiffrer à 9 milliards $.
Le sous-secteur des machines, du matériel et des fournitures (+4,8 pour cent) et celui des articles personnels et ménagers (+5,1 pour cent) étaient les deux sous-secteurs ayant le plus contribué à la hausse au Québec, les ventes ayant augmenté de 1,4 pour cent pour s'établir à 11,1 milliards $. Le sous-secteur des matériaux et fournitures de construction (+2,7 pour cent) a également contribué à la hausse, atteignant son plus haut niveau de ventes jamais enregistré.
Les ventes en Nouvelle-Écosse (-3,4 pour cent) ont reculé dans cinq des sept sous-secteurs. La baisse est principalement attribuable à une diminution des ventes en gros des sous-secteurs des véhicules automobiles et de leurs pièces (-9,9 pour cent) et des produits alimentaires, des boissons et du tabac (-8,5 pour cent). La perte a été partiellement contrebalancée par une augmentation des ventes du sous-secteur des matériaux et fournitures de construction (+9,8 pour cent).
Après cinq augmentations consécutives, les ventes au Nouveau-Brunswick ont diminué de 3,2 pour cent pour s'établir à 579 millions $. Le recul a été surtout attribuable au sous-secteur des produits alimentaires, des boissons et du tabac (-12,8 pour cent). Les ventes en gros ont reculé dans les trois industries, celle des produits alimentaires ayant le plus contribué à la baisse.