Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des Témoins de Jéhovah ont sorti leur plume et du papier pour écrire à la main des lettres en utilisant les services de Poste Canada. L’enveloppe renferme aussi une petite brochure intitulée <em>La Tour de garde</em>, annonce le royaume de Jéhovah.
Des Témoins de Jéhovah ont sorti leur plume et du papier pour écrire à la main des lettres en utilisant les services de Poste Canada. L’enveloppe renferme aussi une petite brochure intitulée <em>La Tour de garde</em>, annonce le royaume de Jéhovah.

Les Témoins de Jéhovah prêchent par la poste

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Ne pouvant plus cogner aux portes, des membres des Témoins de Jéhovah ont trouvé une autre manière de répandre leurs messages bibliques.

Ils ont sorti leur plume et du papier pour écrire à la main des lettres et les poster en utilisant les services de Postes Canada. L’enveloppe dument affranchie renferme aussi une petite brochure intitulée La Tour de garde, annonce le royaume de Jéhovah.

La Tribune a mis la main sur des écrits expédiés par la poste au cours des derniers jours. L’une d’elles est signée par un certain Jean-Guy de Magog, se présentant comme un «bénévole pour une œuvre mondiale d’enseignement biblique». 

La lettre commence en disant que l’auteur écrit à son destinataire même s’ils ne se connaissent pas. Mais il veut attirer son attention «sur quelques pensées positives au sujet de l’avenir en ces temps difficiles et incertains».

«Pour introduire cette connaissance, j’aimerais vous lire un passage de la Bible qui m’a inspiré à m’intéresser à la lecture de la parole de Dieu…»  

Suit un long passage de la Bible tiré du «livre du prophète Isaïe». 

Inquiétudes

L’auteur pose ensuite une série de questions sur les inquiétudes du lecteur concernant l’avenir, les «conditions mondiales» actuelles et l’utilité de la Bible de nos jours. 

«Des millions de gens lisent la Bible chaque jour à travers le monde entier et leurs vies s’améliorent. Ils y trouvent une source de réconfort et une grande joie!», écrit encore Jean-Guy.

Au verso, il poursuit en mettant en garde le lecteur: «Soyez attentif! L’actualité nous montrent (sic) que le moment ou (sic) Dieu va agir est proche.»

Dans les lignes qui suivent, on l’invite le lecteur à consulter le site web de l’organisation de Témoins. Le signataire laisse son numéro de messagerie vocale.

Dans une autre lettre reçue par un Sherbrookois désirant garder l’anonymat, Michel écrit qu’il ne peut rencontrer les gens en cette pandémie en raison des recommandations du gouvernement.

Michel dit vouloir intervenir en cette période difficile où plusieurs personnes sont confrontées à la mort. «Où sont les morts? Est-ce qu’il me voit? Peut-il m’aider? Est-ce que je vais le revoir un jour?», demande-t-il.

«Nous pouvons trouver la réponse à ses questions de la Bible. Notre créateur ne veut pas que nous restions dans l’ignorance face à la douleur de notre cher disparu.»

Les morts revivront-ils un jour?

La deuxième lettre manuscrite est signée par Jérémie et pose sensiblement les mêmes questions. Il invite à lire un dépliant qui se trouvait aussi dans l’enveloppe et qui est intitulé Les morts revivront-ils un jour? 

La personne qui a reçu ces lettres a sursauté en lisant les passages. «Ça fait deux fois que je reçois ça par la poste en quelques semaines, c’est assez particulier comme approche», dit-il à La Tribune

«Est-ce que je suis dans leur radar? Je crois que j’ai été ciblé, car des personnes de mon entourage sont dans ce mouvement. La première lettre était écrite à la main et non photocopiée. La personne ne doit pas écrire ça à la main à tout le monde. Donc, ils doivent sûrement cibler des personnes en particulier. Certaines personnes peuvent se sentir importantes de recevoir une lettre écrite à la main. Essayer de se servir de la vulnérabilité des gens en temps de pandémie, certains vont mordre à l’appât.»

Un appel laissé à la salle des Témoins de Jéhovah sur la rue Prospect à Sherbrooke est demeuré sans retour.