Plusieurs organismes communautaires jugés non essentiels ont dû fermer leurs portes dans les derniers jours ou limiter leurs actions. Il reste une dizaine d’organismes toujours actifs sur le territoire sherbrookois, principalement du côté des transports médicaux, de l’alimentation et des besoins de base.
Plusieurs organismes communautaires jugés non essentiels ont dû fermer leurs portes dans les derniers jours ou limiter leurs actions. Il reste une dizaine d’organismes toujours actifs sur le territoire sherbrookois, principalement du côté des transports médicaux, de l’alimentation et des besoins de base.

Les Sherbrookois nombreux a se tourner vers le bénévolat

Chloé Cotnoir
Chloé Cotnoir
La Tribune
Le Centre d’action bénévole de Sherbrooke (CABS) est à même de constater la grande solidarité des Québécois en ces temps difficiles alors que les offres de citoyens désirant faire du bénévolat ne cessent de rentrer.

Dans les quatre derniers jours seulement, le centre de développement, de concertation et de soutien de l’action bénévole auprès de la communauté sherbrookoise a reçu pas moins de 122 offres. Et ce nombre pourrait continuer d’augmenter rapidement après l’appel au bénévolat lancé par François Legault dans son point de presse quotidien.

« C’est très positif pendant cette période grise », lâche d’entrée de jeu la directrice du CABS, Katherine Levasseur.

Le portail web « jebénévole.ca » mis de l’avant par le gouvernement pour répondre à la pandémie et jumeler les organismes en manque de bras aux gens qui ont du temps à offrir éprouvait d’ailleurs quelques problèmes techniques jeudi après-midi tellement l’achalandage était grand.

« Ça fait neuf ans que je travaille au CABS et c’est la première fois que nous devons gérer l’heureux problème d’avoir trop d’offres », fait-elle valoir lorsque jointe par La Tribune.

« C’est formidable parce que les gens sont prêts à faire toutes sortes de tâches et à s’adapter aux demandes des organismes. Il y a vraiment un élan de générosité et d’entraide », poursuit la directrice générale.

Besoins de base et transport médical

Plusieurs organismes communautaires jugés non essentiels ont dû fermer leurs portes dans les derniers jours ou limiter leurs actions. Il reste une dizaine d’organismes toujours actifs sur le territoire sherbrookois, principalement du côté des transports médicaux, de l’alimentation et des besoins de base.

Selon Mme Levasseur, les personnes ayant offert leur service dans les derniers jours ou qui s’inscriront sur la plateforme « jebénévole.ca » ne seront pas immédiatement contactées par les organismes.

« Ils sont encore en train de s’organiser pour continuer leur mission, mais en appliquant toutes les mesures de sécurité nécessaires à cause de la COVID-19. Une période d’adaptation est nécessaire. Mais les besoins en bénévolat vont graduellement augmenter. Ceux déjà actifs vont s’essouffler et certains vont tomber à risque et devoir se retirer. Donc présentement le besoin n’est pas urgent à Sherbrooke, mais il le sera à moyen et long terme », explique-t-elle.

Surtout, Mme Levasseur espère que l’engagement spontané des Sherbrookois envers les organismes communautaires restera une fois que la vie normale aura repris son cours.

« J’espère que tout cet épisode d’entraide laissera des traces et que le bénévolat aura été une expérience positive pour plusieurs », conclut-elle.