Une centaine de Coaticookois se sont mobilisés vendredi midi pour faire signer aux citoyens une pétition sommant Québec d’assurer une relève médicale dans la région.

Les rues prises d’assaut à Coaticook

Une centaine de personnes de Coaticook se sont mobilisés vendredi afin de conscientiser les citoyens à la pénurie de médecins de famille qui risque de sévir sur la région. Pompiers, ambulanciers, citoyens et intervenants divers ont pris à la rue pour faire signer par le plus de gens possible une pétition destinée à attirer l’attention des autorités sur la situation.

Les gens interpelés dans les rues de la ville ont appuyé massivement leur démarche, réalisant les conséquences du départ simultané à la retraite de quatre médecins de famille de la Clinique médicale de Coaticook.

« Tous les gens qu’on approche signent la pétition, la cause est trop juste pour qu’ils disent non, lance Nathalie Labrie entre deux discussions avec des piétons. Qu’ils soient jeunes ou plus vieux, les gens réalisent les problèmes auxquels ont fait face. Des gens sont même venus au centre-ville expressément pour la signer! La campagne est très bien organisée, je ne doute pas qu’on va atteindre rapidement notre objectif de 10 000 signatures. »

Appuis catégoriques

Bien que cette mobilisation d’envergure ait créé des ralentissements au centre-ville, les citoyens approchés pour signer la pétition ont presque tous pris le temps d’y inscrire leur nom. 

« On oublie parfois à quel point on est chanceux d’avoir accès à des services de santé de qualité directement en ville. On n’a pas besoin de se déplacer vers les grands centres pour avoir des soins et voir des spécialistes, il faut se battre pour garder ça, affirme Michel St-Pierre. C’est encore plus important d’avoir accès à ces services quand on vieillit. Si on perd cela, plusieurs personnes âgées devront déménager, selon moi. »

« Comme mes enfants et moi allons perdre notre médecin de famille d’ici le 1er janvier 2021, on espère vraiment que des renforts viendront pratiquer dans notre région, confie Yannick Therrien. Ce qui nous inquiète aussi, c’est la possibilité de voir les urgences fermer la nuit. Ça serait un coup dur pour la région, c’est la présence de tels services qui contribue à la rendre attrayante. »

De son côté, la députée de Saint-François Geneviève Hébert dit bien entendre les inquiétudes des citoyens et promet qu’elle continuera à s’impliquer fortement pour faire avancer le dossier.

« Avant même mon élection, j’ai eu l’occasion de me familiariser avec la situation particulière de la Clinique médicale de Coaticook. J’entends très bien le cri du cœur des citoyennes et citoyens de la MRC, la situation est très préoccupante. D’ailleurs, je suis à pied d’œuvre dans ce dossier depuis mon élection. J’ai développé une excellente collaboration avec l’équipe de la Clinique médicale et le CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Je continuerai à m’impliquer fortement dans ce dossier pour éviter que des milliers de patients se retrouvent sans médecin de famille », a-t-elle confirmé par voie de communiqué.