À l’occasion d’une rencontre organisée par Pro-Gestion Estrie, une vingtaine de restaurateurs se sont réunis pour trouver des solutions aux problèmes causés par la COVID-19.
À l’occasion d’une rencontre organisée par Pro-Gestion Estrie, une vingtaine de restaurateurs se sont réunis pour trouver des solutions aux problèmes causés par la COVID-19.

Les restaurateurs en mode solution

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
SHERBROOKE — Les restaurateurs sherbrookois cherchent des solutions à leurs problèmes causés par la COVID-19. L’une d’entre elles : rappeler par la publicité que les restaurants sont encore ouverts en zone orange.

Cette première cellule de réflexion a été organisée dans le cadre du programme ENTR+AIDE, déployé par Pro-Gestion Estrie. « Même si les restaurants sont ouverts, il y a un message qui est véhiculé voulant qu’on devrait éviter d’y aller, explique le conseiller à la mobilisation des milieux d’affaires chez Pro-Gestion Estrie, Sylvain Bernier. Cette idée pour les restaurateurs est difficile. L’enjeu, c’est que chacun a de la difficulté à faire de la publicité pour son restaurant : ils se demandent comment leurs clients vont le recevoir. »

« Comment, dans le respect des consignes de la Santé publique, avec les mesures qui sont mises de l’avant, amener les gens à dire que c’est sécuritaire de venir au restaurant? » demande M. Bernier.

M. Bernier rappelle que les réactions peuvent diverger. « Des gens n’ont pas de craintes, d’autres en ont. Pour un restaurateur, inviter les gens dans son restaurant, on ne sait jamais comment les gens vont réagir. Est-ce que cette invitation va dans le contraire du Défi 28 jours? Est-ce que le restaurant est solidaire envers les consignes de la Santé publique et du gouvernement? [On veut] le faire collectivement et bien le faire, tout en restant en zone orange ou en retombant dans le jaune. Les restaurateurs ne veulent pas nuire à la situation », assure-t-il. 

Un système de livraison où la marge serait moins importante, rendant cela plus intéressant pour le client, pourrait également être mis sur pied.


« On a eu devant nous des gens qui font preuve d’une très grande résilience. »
Sylvain Bernier

« On a eu devant nous des gens qui font preuve d’une très grande résilience, qui sont encore motivés malgré la fatigue, exprime Sylvain Bernier. On a vu beaucoup d’échanges, d’entraide entre les restaurateurs. On sent l’envie de collaborer pour le bien-être de tous. »

Aider les artistes

Un maillage entre les artistes et les restaurateurs pourrait aussi être dans le domaine du possible. « L’idée est de trouver une idée pour se rejoindre dans la pandémie, offrir un espace pour présenter leurs œuvres ou, selon les normes de la Santé publique, faire une prestation, décrit Sylvain Bernier. Comment attirer de la clientèle chez moi via la contribution des artistes et faire en sorte que l’artiste qui manque actuellement d’exposition puisse avoir accès à un nouveau bassin de clientèle? »

« Il y aura une cellule de réflexion avec les artistes et on va voir comment on pourrait rapidement organiser quelque chose pour mettre en contact les artistes et les restaurateurs », assure-t-il.

Les milieux des arts et de la culture, de l’agroalimentaire et du commerce de détail, entre autres, seront sondés au cours des prochaines semaines.