La Tribune
Malgré que le Québec soit la province la plus affectée, les Québécois peuvent se consoler en sachant que l’anxiété et la dépression occasionnées par la pandémie seraient moins répandues dans la Belle Province que dans le reste du Canada et chez nos voisins du Sud, les États-Unis.
Malgré que le Québec soit la province la plus affectée, les Québécois peuvent se consoler en sachant que l’anxiété et la dépression occasionnées par la pandémie seraient moins répandues dans la Belle Province que dans le reste du Canada et chez nos voisins du Sud, les États-Unis.

Les Québécois moins affectés psychologiquement par la COVID-19

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Bien qu’une légère amélioration de la santé psychologique soit observée depuis l’atteinte du sommet de la première vague de COVID-19, en avril dernier, les niveaux de dépression actuels sont, au Canada et aux États-Unis respectivement, 3 et 4 fois plus élevés qu’avant la pandémie. Malgré que le Québec soit la province la plus affectée, les Québécois peuvent se consoler en sachant que l’anxiété et la dépression occasionnées par la pandémie seraient moins répandues dans la Belle Province que dans le reste du Canada et chez nos voisins du Sud, les États-Unis.