Les psychologues veulent que le projet de loi 43 leur permette de diagnostiquer

Jean-Philippe Denoncourt
La Presse canadienne
MONTRÉAL — L’Ordre des psychologues du Québec affirme que la ministre de la Santé et des Services sociaux empêche des milliers de professionnels en santé mentale d’être mis à profit dans le réseau de la santé en refusant d’abattre de simples obstacles bureaucratiques.

La présidente de l’Ordre, Christine Grou, fait remarquer que le projet de loi 43 qui vise à favoriser l’accès aux services de santé prévoit de permettre aux infirmières praticiennes spécialisées (IPS) en santé mentale de diagnostiquer les troubles mentaux, neuropsychologiques ou sexuels.

À son avis, cette ouverture devrait inciter la ministre Danielle McCann à permettre à d’autres professionnels de poser un diagnostic à la suite de leur évaluation, dont les psychologues. L’élargissement du diagnostic ajouterait des ressources à un secteur qui en a cruellement besoin. Elle soutient qu’avec le statu quo, le gouvernement se prive des services de 5000 psychologues.

Christine Grou rappelle que le Collège des médecins du Québec appuie une demande d’amendement soutenue par les trois partis d’opposition à l’Assemblée nationale qui permettrait aux psychologues de diagnostiquer et d’ainsi élargir l’accessibilité en santé mentale.

Dans un communiqué publié jeudi, le Dr Mauril Gaudreault, président du Collège des médecins, a affirmé que plus que jamais, il fallait travailler de concert avec les autres professionnels afin d’améliorer l’accès des Québécois aux soins de santé.

D’autre part, l’Ordre des psychologues dénonce l’exigence d’une certification par le médecin qu’elle qualifie d’étape administrative inutile.

L’organisme rappelle que pour que la population ait droit à des services, exemptions ou aide financière, elle doit produire un certificat médical attestant qu’elle est atteinte d’une déficience ou d’un trouble. L’Ordre signale que pourtant, l’évaluation a souvent été réalisée au préalable par un autre professionnel compétent et habilité par la loi.

Non seulement l’exigence de certification par le médecin ajoute une étape administrative inutile, selon l’Ordre des psychologues, mais sa plus-value clinique n’est pas démontrée.