Félix Désautels-Poirier

Les proches de Félix vont de l’espoir au découragement

Les proches de Félix Désautels-Poirier, ce jeune homme disparu depuis près de deux semaines en Californie, multiplient les démarches sur le terrain dans le but de le retrouver. Selon sa mère, Claudine Désautels, ses parents et amis vont de l’espoir au découragement.

«Malheureusement, nous n’avons pas de nouvelle, pas d’information qui nous permettrait de savoir où Félix pourrait se trouver», dit la dame clouée à Sherbrooke par la maladie et ses traitements de chimiothérapie, alors que des proches sont sur place à Arcata.
«Nous sommes ambivalents. Nous ne savons pas si nous avons affaire à une disparition dans la ville ou s’il est décédé dans l’eau.»
Rappelons que Félix Désautels-Poirier venait de terminer sa troisième saison de cueillette de petits fruits dans l’Ouest canadien quand il est parti vers la Californie avec des amis pour y rejoindre une amie. Le groupe campait dans la réserve d’Arcata March, dans le nord de la Californie, où ils ont fait la fête le soir du 6 novembre.
Incapable de déplacer Félix dans un état d’ébriété avancé, ses amis l’ont couvert et laissé dormir sur place. Au matin, il avait disparu, laissant sur place ses effets personnels, dont son portefeuille et ses lunettes.
La police d’Arcata et de la garde-côtière californienne ont démarré des recherches. Drone et hélicoptère ont été mis à contribution en raison du terrain accidenté et de l’immense zone marécageuse, mais en vain.
«Une vague d’amour»
Plusieurs amis cueilleurs et Sherbrookois sont aussi partis sur place pour aider aux recherches. Louise, la sœur de Mme Désautels, et une amie de Félix, Rachel Lafontaine, sont parties de Sherbrooke pour participer aux recherches. Elles distribuent des dépliants dans les quatre coins du secteur pour sensibiliser la population.
Le père du disparu, Jean-Claude Poirier, a prévu s'y rendre.
Ici, pendant ce temps, des amis de Félix se mobilisent pour amasser des fonds pouvant aider aux recherches. Un souper a eu lieu à la taverne américaine O Chevreuil, où Félix est cuisinier. La soirée a permis d’amasser 1300$, somme qui sera remise à la famille pour continuer les recherches. Une soirée qui promet d’être «festive comme Félix» doit avoir lieu au bar Le Magog le 24 novembre.
«C’est gentil de voir que des gens se mobilisent. Nous ne l’avons pas demandé», assure Claudine Désautels.
«Ce que nous sentons c’est une grande vague d’amour de tout ce monde-là. Ça nous aide à garder espoir.»