Le directeur national de la santé publique Horacio Arruda, le premier ministre François Legault et la ministre de la Santé Danielle McCann en conférence de presse à Québec, mardi
Le directeur national de la santé publique Horacio Arruda, le premier ministre François Legault et la ministre de la Santé Danielle McCann en conférence de presse à Québec, mardi

Les proches aidants rappelés en renfort dans les CHSLD [VIDÉO]

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Trop de gens âgés meurent de la COVID-19 dans nos CHSLD, souvent par manque de soins. Des 435 Québécois décédés dans l’épidémie, dont 75 de lundi à mardi, 217 habitaient en CHSLD. François Legault rouvre les portes de ces établissements aux proches aidants pour pallier l’absence de 1250 employés doublée d’une pénurie de préposés aux bénéficiaires déjà existante avant la crise.

Le 14 mars, le premier ministre du Québec interdisait toutes les visites des familles et des proches dans les centres de personnes âgées. Mardi, exactement un mois plus tard, M. Legault a rouvert la porte des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) à «certains proches aidants [...] qui ont quand même une expérience, qui l’ont déjà fait, des personnes aussi qui sont connues des établissements».

N’accourez pas pour visiter votre vieille mère ou votre vieux père. On parle de 10 % des visites qui s’effectuaient auparavant. Et cela ne commence que jeudi.

«L’interdiction des visites demeure! insiste le premier ministre Legault. On parle juste des personnes qui vont être identifiées par les responsables des établissements. [Faut] quand même limiter le nombre pour limiter la propagation du virus.»

Trop d’histoires d’horreur de résidents de CHSLD atteints du nouveau coronavirus et laissés à eux-mêmes ont fait surface dans les derniers jours.

Si ces nouveaux bras constituent autant de risques de propager le virus, toutes les précautions seront prises pour éviter le plus possible la propagation.

«Évidemment, on va prendre toutes sortes de précautions, avoir un test négatif, avoir les équipements médicaux, ne pas se tenir proche des autres patients ou des employés, d’aller s’occuper juste de la personne qu’ils connaissent. Puis, quand ils retournent à la maison, bien sûr, faire attention de continuer de garder le deux mètres pour ne pas s’infecter, explique M. Legault.

«Je parlais [lundi] de la balance des inconvénients. C’est ce qu’on a pesé, puis on pense que, compte tenu du manque de personnel dans les CHSLD, ça vaut la peine de demander à certains proches aidants de venir nous donner un coup de main.»

Le gouvernement Legault lance de nouveau un appel aux médecins de famille et spécialistes, aux infirmières à la retraite, aux 2600 professeurs de soins infirmiers et de sciences médicales, aux travailleurs en soins des entreprises d’économie sociale. Toute offre raisonnable sera acceptée.

En ce moment, 1250 employés de CHSLD sont absents du travail et pas moins de 6000 dans tout le système de la santé. Symptômes et crainte de la COVID-19, mais aussi pour toutes autres raisons.

Le Québec compte 2600 résidences pour personnes âgées, tous types de formules confondus.

«La courbe a été aplatie»

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 grimpe à 14 248, soit 691 de plus que la veille. Et le nombre de malades hospitalisés s’approche du millier, avec 936 (6,5 % des cas), tandis que 230 personnes (1,6 % des cas) sont traitées pour le coronavirus dans nos unités de soins intensifs. Ces deux statistiques continuent d’augmenter lentement.

Ces chiffres sous-estiment par contre le problème, à cause du nombre de personnes âgées qui sont soignées dans les CHSLD.

Les individus de 70 ans et plus représentent 20 % des cas de coronavirus au Québec, plus de 50 % des hospitalisations et près de 90 % des décès. De ces décès, 50 % ont lieu dans les CHSLD, 22 % à domicile et 3 % dans les hôpitaux.

Le directeur de santé publique du Québec, Horacio Arruda, estime maintenant que le pic de l’épidémie projeté il y a une semaine pour le 18 avril pourrait bien être arrivé plus tôt que prévu.

«Ç’a marché. La courbe a été aplatie grâce au travail que vous avez fait avec nous, grâce au respect des consignes», a affirmé aux Québécois le Dr Arruda, lors du point de presse de mardi.

«On est probablement dans le pic, puis en train de commencer à descendre. Mais c’est une descente qui va être lente. Comme on aplatit la courbe, on l’a aplatie dans les deux sens. Donc, dans les faits, on l’a aplatie, puis elle va probablement redescendre lentement, puis il va falloir mesurer l’effet de tout ça.

«Message très important : même au pic, même à la descente, il faut faire attention. Il ne faut pas penser que parce qu’on a atteint le pic, on peut se laisser aller dans la pente, puis envoye, on ouvre les portes. C’est pour ça qu’on va faire, comme tous les pays du monde, une approche par étape, progressive.»

Au chalet de Justin Trudeau

Sur le déplacement du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, parti d’Ottawa cette fin de semaine pour rejoindre sa famille à leur résidence secondaire dans le parc de la Gatineau pour Pâques, à 25 km de distance et dans une autre province, M. Legault a opposé à la question un «pas de commentaire» bien affirmé.

Faisant sienne la réponse de M. Legault, le Dr Arruda a quand même cru bon de rappeler ceci : «Je ne peux pas suivre tout le monde. [...] Des gens qui ne respectent pas nécessairement les consignes, il y en a. Il pourrait y en avoir d’autres aussi. Sans commenter sur ce cas-là en particulier, j’espère que, par contre, quand ils font ce genre de mouvement, qu’ils vont respecter les consignes.»