Les prix de la viande rouge monteront encore avant de s'alléger

La hausse du prix de la viande rouge en épicerie pourrait se maintenir encore un peu, selon une étude du BMO Marchés des capitaux, mais le consommateur pourrait profiter d'un certain allègement plus tard cette année.
L'économiste Aaron Goertzen souligne qu'entre avril et juin derniers, les prix agricoles du porc ont augmenté de près de 24 pour cent par rapport à la même période l'an dernier, leur niveau le plus élevé depuis le milieu des années 1990. Ceux du boeuf n'ont jamais été aussi élevés depuis le début des années 1980.
Par conséquent, l'augmentation des prix de la viande rouge coûtera probablement plus de 100 $ par année au ménage canadien moyen.
Entre-temps, la hausse globale des prix des aliments n'a été que de 2,9 pour cent depuis un an.
M.Goertzen fait observer qu'une grande part de la flambée des prix du bétail découle de la reconstitution des cheptels.
Son rapport stipule qu'un fléchissement des prix découlant d'une hausse de l'offre est à prévoir, mais seulement lors de la seconde moitié de 2014 alors que la demande saisonnière commencera à reculer, surtout pour le porc. Les prix des bovins et du boeuf demeureront plus élevés plus longtemps, principalement en raison du plus long cycle de production de l'industrie.
L'étude signale que la hausse récente des prix de la viande rouge a tout de même fait des heureux: le entreprises agricoles, qui ont ainsi pallié à des facteurs négatifs tels la sécheresse et les maladies qui ont affligé les producteurs de porc.