L'ancien Provigo de la rue Belvédère est toujours inoccupé, plus de deux ans et demi après avoir été acheté par l'ancien CSSS-IUGS, aujourd'hui fusionné à l'intérieur du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Les plans sont toujours suspendus pour l'ancien Provigo

Il y a eu de l'activité ces dernières semaines dans l'ancien magasin Provigo de la rue Belvédère, coin McManamy. Si on est encore loin d'y voir naître une clinique médicale comme annoncée au printemps 2015, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a toutefois commencé des analyses pour voir ce qu'elle pourra faire de ce bâtiment inoccupé depuis plus de deux ans et demi.
Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS avoue en être encore à l'étape des plans et devis. « Nous voulons analyser ce que nous pouvons faire à l'intérieur de ces locaux », explique Geneviève Lemay du service des communications du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.
Le dossier chemine lentement mais sûrement, ajoute-t-elle.
L'ancienne épicerie a été acquise par l'ancien CSSS-IUGS à l'automne 2014 dans le but d'offrir « des services de proximité à la population ». Le bâtiment avait coûté 1,7 M$. Quelques mois plus tard, on apprenait que le groupe de médecine de famille (GMF) des Grandes-Fourches allait y déménager, ce qui ne s'est pas concrétisé.
« Il est toujours prévu qu'on y donne des services de proximité, c'est-à-dire des services pour des gens qui viennent à un rendez-vous et qui repartent », précise Annie-Andrée Émond, porte-parole du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.
Le bâtiment avait été ciblé notamment parce qu'il possède un grand stationnement, ce qui facilite l'accès à une telle clientèle. L'autre raison était sa proximité avec un autre point de service du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, le CHSLD d'Youville. Cela permettait notamment d'envisager de regrouper plus de services aux employés, comme le service de la cafétéria qui se trouve déjà au CHSLD d'Youville par exemple.
Un tel retard dans la livraison d'un bâtiment fonctionnel s'explique parce qu'une réflexion plus approfondie avait dû être amorcée avec la création du CIUSSS de l'Estrie-CHUS le 1er avril 2015. Tout d'un coup, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS avait étendu ses tentacules sur un très large territoire et comptait soudainement une centaine de points de service. « Il faut qu'on se penche sur l'utilisation des infrastructures de ce nouveau et vaste réseau », avait alors mentionné en entrevue la porte-parole du CIUSSS de l'Estrie-CHUS Annie-André Émond.
Rappelons que le CIUSSS de l'Estrie-CHUS compte une centaine d'édifices répartis sur un immense territoire allant de Granby à Sherbrooke en passant par Lac-Mégantic.