Présents à Beauvoir depuis 1996, les pères Maristes du Canada vont quitter le sanctuaire bien connu dans la région estrienne.
Présents à Beauvoir depuis 1996, les pères Maristes du Canada vont quitter le sanctuaire bien connu dans la région estrienne.

Les pères Maristes quitteront Beauvoir

Présents à Beauvoir depuis 1996, les pères Maristes du Canada vont quitter le sanctuaire bien connu dans la région estrienne. Ils tourneront une page d’histoire en 2021, a-t-on annoncé jeudi matin.

Ceux qui prennent soin du site depuis près de 25 ans comptent se retirer progressivement de l’endroit et passer le flambeau à une nouvelle équipe de gestion.

À LIRE AUSSI: La taxation risque de forcer la fermeture de certains lieux de culte

Actuellement, quatre pères et un frère de la communauté Mariste œuvrent encore au Sanctuaire de Beauvoir. Ces derniers, qui avancent en âge, peinent à accomplir toutes les tâches relatives au maintien d’un tel site.  

« Beauvoir est un endroit magnifique, en pleine nature, propice au recueillement. Au cours des dernières années, c’est un lien privilégié que nous avons pu entretenir avec les Sherbrookois et avec les touristes de partout qui viennent profiter de ce point de vue à couper le souffle », mentionne le recteur du sanctuaire, père Michel Bouffard, qui lui-même lutte contre la maladie.

« Nous sommes vieillissants et nous n’avons pas de relève. Nous étions arrivés ici pour dix ans. Nous y sommes depuis 25 ans. Ce n’est pas si mal. Nous y avons cru beaucoup. » 

Les membres de la communauté prennent cette décision avec philosophie. « Ça fait partie de la réalité, dit-il. On doit penser à l’avenir. »

« Le sanctuaire fait maintenant partie du monde touristique. Des autobus de fidèles arrêtent ici régulièrement. Nous avons des projets de développement. Nous travaillons sur un projet d’aménagement d’un sentier pédestre et d’une piste cyclable. » 

Père Michel Bouffard

Des pourparlers ont cours avec l’Archidiocèse de Sherbrooke afin que le Sanctuaire de Beauvoir puisse poursuivre sa mission. Bien qu’aucun projet concret ne soit déterminé pour le moment, les autorités de l’Archidiocèse examinent avec soin les possibilités.  

« Le Sanctuaire de Beauvoir, dédié au Sacré-Cœur, est un élément important de pastorale à Sherbrooke. Compte tenu du patrimoine religieux et culturel qu’il représente, nous avons un devoir d’analyser toutes les avenues possibles pour conserver son intégrité », ajoute pour sa part l’archevêque de Sherbrooke, Mgr Luc Cyr. 

« Nous souhaitons que la mission de Beauvoir se poursuive. Un comité sera formé pour étudier la question. Il y a des enjeux financiers et de pastorale à considérer aussi. »   La chapelle de pierre, érigée en 1920, célèbrera ses 100 ans en octobre prochain. À l’époque, l’abbé Joseph-Arthur Laporte avait demandé aux cultivateurs des environs de fournir les pierres de leurs champs. Celles-ci avaient alors été transportées, à l’aide de chevaux, jusqu’au sommet de la colline. « Il s’agit d’un lieu qui attire régulièrement des gens voulant se recueillir et prier », ajoute Mgr Cyr.

« Les lieux de silence comme celui-là sont recherchés », note-t-il

Le site de Beauvoir est prisé par les pèlerins et les amateurs de tourisme religieux. Annuellement, environ 5000 personnes foulent le sol du Sanctuaire pour visiter la chapelle de pierre, se promener en nature, visiter l’exposition de crèches de Noël ou pour participer aux différentes activités proposées.

Les pères Maristes n’ont pas fixé de date pour leur départ définitif. Ils devraient déménager dans la région de Québec où se trouvent d’autres membres de cette communauté religieuse. « Nous verrons ce que nos patrons vont nous confier comme mission », souligne le père Bouffard.