Nathalie Bossé vient de publier La petite cabane au creux de mon cœur pour aider les enfants qui vivent un deuil.
Nathalie Bossé vient de publier La petite cabane au creux de mon cœur pour aider les enfants qui vivent un deuil.

Les mots pour dire le deuil à des tout-petits

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Comment parler du deuil et de la mort avec ses enfants? Comment trouver les bons mots, comment les épauler dans cette épreuve? Lorsque le conjoint de Nathalie Bossé est soudainement décédé il y a trois ans, cette jeune mère de famille a cherché un livre pour parler du deuil avec ses deux enfants qui venaient de perdre leur papa. Son garçon et sa fille n’avaient que deux et quatre ans quand leur papa s’est envolé.

Elle n’a trouvé aucun livre qui était le reflet de la réalité de sa famille. « Quand il est question d’une grand-maman qui est décédée dans un livre, c’est très difficile pour un enfant de transposer ça à la mort de leur papa », indique Mme Bossé.

Cette dernière caressait depuis longtemps le désir d’écrire un livre, et elle souhaitait que son écrit ait un sens, une valeur, une signification.

Et c’est là qu’est venue l’idée d’écrire un livre qui s’adresserait aux enfants endeuillés pour les épauler dans cette épreuve et aussi pour accompagner les parents souvent démunis dans cette épreuve quand ils sont eux-mêmes frappés de plein fouet par la mort d’un être aimé.

« Quand mon conjoint est décédé, je me suis dit que c’était impossible qu’il n’en ressorte pas quelque chose de positif, quelque chose de beau », indique-t-elle.

Et c’est ainsi qu’elle a pris la plume. Mais il restait un problème : elle voulait que les enfants puissent se retrouver dans son livre, qu’ils soient garçons ou filles et qu’ils aient perdu un père, une mère, un grand-parent, un ami, un enseignant...

« J’ai réussi à trouver une maison d’édition qui imprime des livres personnalisés. Les gens vont commander le livre sur le site internet en entrant des détails dans le formulaire : le prénom de l’enfant et de la personne décédée, son lien avec l’enfant… On peut même raconter une anecdote. Ça ne peut pas être plus personnalisé que ça », se réjouit Nathalie Bossé.

La petite cabane au creux de mon cœur vient de paraître aux Éditions Ton livre ton histoire.

La Petite cabane au creux de mon cœur

Et c’est ainsi qu’est né La petite cabane au creux de mon cœur, qui vient tout juste de paraître et qu’il est possible de se procurer en commandant en ligne sur le site de l’éditeur Ton livre ton histoire.

Avant sa publication, le livre a été lu et approuvé par la fondatrice de l’organisme Deuil jeunesse, organisme à qui une partie des profits seront d’ailleurs versés.

Car s’il faut parler de la mort avec les enfants, il y a quelques pièges qu’il vaut mieux éviter quand c’est possible.

« Dans le deuil des enfants, parfois il y a des petites phrases que les adultes vont dire et qui peuvent nuire aux enfants », explique la maman des enfants qui ont maintenant cinq et sept ans.

« Quand mon conjoint est décédé, je me suis dit que la façon dont j’allais réagir allait complètement influencer la façon dont les enfants vivraient ça. Si je le vivais comme une tragédie, si je ne m’en relevais pas, ce serait pareil pour eux. Je ne voulais pas ça pour eux et j’avais le souci de bien les accompagner », explique-t-elle.

Elle a donc suivi plusieurs formations et elle s’est bien outillée pour surmonter son deuil et pour accompagner ses deux trésors dans cette longue aventure qui dure toute une vie quand on perd son papa.

Car aborder la question de la mort avec des enfants peut être un grand défi pour les parents eux-mêmes plongés dans une tempête d’émotions…

« Je m’intéresse au concept de la résilience familiale. Nous sommes tous les trois en deuil, on peut tous êtes déprimés à des moments différents. Le deuil, c’est comme une montagne russe, il y a des hauts et des bas. Mais ça s’atténue avec le temps », souffle avec douceur Nathalie Bossé.

La petite cabane au creux de mon cœur sera aussi disponible en version « standard » avec l’histoire de Théo, le fils de Mme Bossé. « Il y aura de la promotion qui sera faite pour que le livre soit disponible dans les bibliothèques scolaires et des garderies, pour aider les éducatrices et les enseignants quand ils ont des élèves ou des enfants qui traversent un deuil », soutient l’autrice originaire de Windsor.